Nouvelles révélations sur le meurtre raciste de Younès en Espagne

28 juillet 2021 - 17h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’ancien militaire espagnol, présumé auteur du meurtre raciste de Younes Bilal, le Marocain tué le 13 juin à Mazarron, aurait déclaré après son arrestation qu’« il y a une mafia des Maures et ils ne vont pas se moquer de moi ».

L’un des agents de la police locale a rappelé mardi au juge d’instruction du tribunal de Totana que l’ancien militaire, Carlos Patricio B., présumé auteur du crime raciste du Marocain à Mazarron, avait déclaré après son arrestation qu’« il y a une mafia des Maures et ils ne vont pas se moquer de moi ». Il fait partie des quatre agents de la police locale de Mazarron qui ont localisé et arrêté le présumé meurtrier après une course-poursuite, informe La Verdad. Les agents précisent qu’après l’interpellation du suspect, ils n’ont pas vérifié s’il était en état d’ébriété, mais ils n’ont pas noté en lui des signes d’anxiété. « J’étais plus nerveux que lui », se rappelle un agent.

À lire : Le Marocain tué en Espagne a été victime de crime raciste

Deux autres agents de la Garde civile présents dans le café au moment des faits, ont été aussi écoutés par le tribunal. Selon des sources proches de l’enquête, ils ont été les premiers à venir en aide à la victime et à boucler la zone, mais ils n’ont pas suivi la scène avant d’entendre les coups de feu. En plus de ces deux agents, le juge d’instruction a également reçu le témoignage d’une serveuse du bar dans lequel le crime a eu lieu. Elle confirme avoir entendu l’ancien militaire tenir des propos désobligeants envers la victime et ses amis.

Les trois amis et les parents de Younes Bilal accompagnés de leur avocat, Melecio Castaño, étaient aussi devant le juge du tribunal de Totana. Ils ont réclamé des dommages civils et des sanctions pénales pour la mort de Younes.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Racisme - Homicide - Murcie - Violences et agressions

Aller plus loin

Le Marocain tué en Espagne a été victime de crime raciste

Le Marocain Younes Blal, 39 ans, abattu dimanche à Mazarrón, a été victime d’un crime raciste, selon sa femme Andrea, qui soutient qu’« il ne s’agit pas d’un règlement de...

Murcie : le meurtrier de Younes Bilal avoue son crime

Carlos Patricio B. M., d’origine espagnole, a reconnu avoir tué le Marocain Younes Bilal à Mazarrón (Murcie) en juin dernier. L’arme du crime a été retrouvée chez lui.

Deux Espagnols en prison pour le meurtre d’un Marocain

Le tribunal provincial de Tarragone a rejeté la demande de mise en liberté provisoire de deux Espagnols, présumés auteurs du meurtre d’un Marocain, estimant les faits...

Murcie : le meurtrier de Younes Bilal nie avoir proféré des insultes racistes

Carlos Patricio B. a fini par avouer qu’il est l’auteur du meurtre du Marocain Younes Bilal à Mazarrón (Murcie) en juin dernier. Cet ancien militaire de 53 ans a été confondu...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.