Omar Radi restera en prison

9 avril 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

La chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca a rejeté une nouvelle fois, la demande de liberté provisoire du journaliste Omar Radi, accusé d’espionnage et de viol et en détention préventive depuis huit mois. Toutefois, le journaliste est autorisé à accéder à son dossier.

La demande de remise en liberté provisoire, maintes fois formulée sans succès avant celle du mardi dernier, vient une nouvelle fois d’essuyer un refus des juges de la cour d’appel de Casablanca. Le journaliste âgé de 34 ans et connu pour son engagement en faveur de la défense des droits humains, a cependant obtenu l’autorisation d’accéder à son dossier.

« On espérait vraiment que la liberté provisoire serait accordée à Omar Radi au vu de son état de santé. La détention préventive est d’abord une mesure exceptionnelle et il dispose de toutes les garanties pour assister à son procès », a déclaré à l’AFP Me Miloud Kandil.

Le journaliste est jugé dans deux affaires liées notamment aux « financements étrangers », « atteinte à la sécurité intérieure de l’État » et au « viol ».

Le dossier de viol ouvert en juillet 2020 suite à la plainte d’une de ses collègues. À sa décharge, le journaliste évoque des relations librement consenties avec sa collègue. Faux ! rétorque la plaignante défendant son « droit à la dignité ».

Concernant l’enquête pour «  espionnage  », ouverte un mois avant celle de viol, le journaliste soutient que les informations transmises l’ont été dans le cadre de son métier de journaliste. Amnesty International a affirmé dans un rapport que le téléphone de l’accusé était espionné par les autorités marocaines via un logiciel de piratage. Une accusation rejetée par le Maroc qui y voit une « campagne internationale de diffamation ».

Sujets associés : Droits et Justice - Ministère de la Justice et des Libertés - Omar Radi

Aller plus loin

Maroc/ Procès du journaliste Omar Radi : Arnaud Simons donne des précisions

Dans le cadre du procès du journaliste Omar Radi, Arnaud Simons dont le nom a été cité comme ayant été un « agent de pays étranger » avec lequel Omar aurait entretenu des...

Maroc : Omar Radi et Soulaiman Raïssouni en grève de la faim

Les journalistes marocains Omar Radi et Soulaiman Raïssouni ont décidé d’observer une grève de la faim de 24 heures, le 10 décembre, journée mondiale des droits de l’Homme, pour...

Affaire Omar Radi : un témoin à décharge dans de sales draps

Alors qu’il est appelé à témoigner en faveur de son confrère et militant des droits humains Omar Radi, visé par une plainte pour viol, un journaliste se retrouve dans un ennui...

Rabat : la police disperse une manifestation de soutien aux journalistes Radi et Raïssouni

La police marocaine a dispersé vendredi à Rabat, une manifestation de jeunes qui exigeaient la libération des journalistes Omar Radi et Soulaiman Raïssouni, tous deux en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.