Garde de leur petit-fils : le combat des parents d’Imane Saadaoui

15 avril 2023 - 19h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

Les parents d’Imane Saadaoui, la jeune marocaine tuée par son mari le 1ᵉʳ novembre à Valence, attendent toujours d’obtenir la garde de leur petit-fils âgé de 14 mois, placé dans un centre pour enfants par le Conseil d’Estrémadure après le décès de sa mère. Pourtant, ils ont fourni tous les documents nécessaires.

Les amis d’Imane, qui vivait à Cáceres (Valence), avaient proposé de garder le bébé jusqu’à ce que ses grands-parents maternels résidant au Maroc viennent le récupérer. Mais les autorités d’Estrémadure ont refusé au motif qu’ils ne sont pas des parents directs du bébé et ont décidé de placer l’enfant de 14 mois sous la garde des services sociaux.

Les parents d’Imane, Moustafa Saadaoui et Malia Lwai, sont arrivés à Valence un mois après la disparition tragique de leur fille, le temps d’obtenir toutes les autorisations nécessaires pour quitter Casablanca pour la première fois de leur vie. Ils ont pris le soin de préparer toute la documentation nécessaire pour obtenir rapidement la garde de leur petit-fils. Mais après quatre mois en Espagne, ils n’ont toujours pas réussi à obtenir ce document les autorisant à retourner avec l’enfant au Maroc.

À lire : Les parents d’Imane, tuée en Espagne, à la recherche de leur petit-fils

« Tout est en bonne voie », assurent pourtant des sources proches du dossier. Depuis leur arrivée en Espagne, les grands-parents ont le droit de rendre visite à leur petit-fils deux fois par semaine. Mais ils sont « épuisés » et le temps joue contre eux, car ils ont pris des visas de sept mois, espérant retourner plus tôt au Maroc où ils ont laissé deux autres enfants mineurs, âgés de 15 et 9 ans, et la première fille d’Imane issue d’un précédent mariage.

Par ailleurs, les parents d’Imane ont engagé un avocat et se sont constitués partie civile afin d’obtenir justice. Ils demandent à rapatrier le corps de la jeune femme au Maroc pour l’enterrer dignement. Mais le tribunal continue de garder le corps d’Imane à la morgue pour les besoins de l’enquête. Le mari d’Imane, accusé du meurtre de celle-ci, reste en prison.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Famille - Enfant - Rapatriement - MRE

Aller plus loin

Marocaine tuée à Valence : les grands-parents récupèrent enfin leur petit-fils

Après un long parcours de combattant, les parents d’Imane Saadaoui, la jeune Marocaine tuée par son mari à Valence le 1ᵉʳ novembre dernier, ont enfin obtenu la garde de leur...

Valence : le combat des parents d’Imane pour ramener leur petit-fils au Maroc

Déjà sept mois que les parents d’Imane Saadaoui, la jeune marocaine tuée par son mari à Valence, attendent d’obtenir la garde de leur petit-fils, placé dans un centre pour...

Une Marocaine depuis un an dans une morgue en Espagne

Déjà un an qu’Imane Saadaoui a été tuée par son mari à Valence. Le corps de la Marocaine est toujours gardé à la morgue pour les besoins de l’enquête. Ses parents tentent de la...

Imane, 31 ans, tuée par son mari en Espagne

Un Marocain de 41 ans a tué mardi sa femme, Imane Saadaoui, 31 ans, à Cáceres (Valence). Le meurtrier, qui avait des antécédents de violence conjugale envers la victime, a...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

MRE et exportation de devises : ce que dit la douane

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) doivent être attentifs aux nouvelles dispositions réglementaires définies par le Guide de la douane 2023. Le document met l’accent sur l’exportation d’instruments ou de moyens de paiement en devises étrangères...

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

MRE : la détaxe au Maroc, comment ça marche ?

Si vous êtes un Marocain résidant à l’étranger (MRE) en visite au Maroc, vous pouvez prétendre à un remboursement de certains de vos achats. Le dernier guide de la douane marocaine apporte des détails sur ce sujet.

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : un afflux de touristes et de MRE sans précédent

Quelque 1,3 million de touristes ont visité le Maroc en avril 2024, ce qui représente une hausse record de 17 % par rapport à la même période de 2023.

MRE retraités : voici les conditions de dédouanement des véhicules

L’allégement fiscal pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) âgé de 60 ans et plus, ayant résidé plus de 10 ans hors du Maroc est toujours d’actualité. Ils bénéficient d’un abattement de 90 % lors du dédouanement d’un véhicule de tourisme, à...