Paris : une Franco-marocaine pro-Daech condamnée à deux ans de prison

30 novembre 2023 - 16h00 - France - Ecrit par : A.P

Salima R., 33 ans, a été condamnée mercredi à Paris à deux ans de prison ferme pour avoir passé quatre ans en Syrie avec son mari, un ancien membre de l’organisation de l’État islamique (EI). La jeune femme, qui a déjà passé deux ans en détention provisoire, de 2018 à 2020, est ressortie libre du tribunal.

La prévenue est accusée d’« association de malfaiteurs terroristes » et d’avoir emmené ses enfants en Syrie, une zone de guerre, pour y rejoindre son mari et leur père, Rachid M., tué en 2016 par un drone américain alors qu’il combattait pour l’État islamique. Pour ces faits, elle a été condamnée par la cour d’assises spéciale à cinq ans de prison, dont trois avec sursis. Comparaissant libre, Salima R., ayant déjà passé deux ans en détention provisoire, de 2018 à 2020, est ressortie libre du tribunal, rapporte Le Parisien.

Actuellement, la jeune femme travaille en tant qu’animatrice dans une maison de retraite. À la barre, elle affirme avoir volontairement adhéré aux idéaux de Daech, mais n’avoir jamais participé à aucun acte de violence ou de guerre. Née à Sens (Yonne) de parents marocains, Salima s’est mariée avant ses 17 ans avec Rachid M. qui résidait à Trappes (Yvelines). Le couple a rejoint la Syrie au printemps 2014, après un séjour de quelques mois en Égypte.

À lire : France : une Franco-marocaine rapatriée de Syrie avec ses deux enfants

Salima R. a participé au « djihad du ventre », a expliqué une enquêtrice de la DGSI entendue par la cour, soulignant que l’accusée qui avait deux enfants, en a eu trois autres en Syrie et était enceinte d’un sixième lorsqu’elle a été rapatriée en France. Les cinq premiers enfants ont été placés en familles d’accueil. Le sixième, né en prison en France, a été confié à ses grands-parents.

Alors que l’accusation a requis 13 ans de réclusion contre Salima, son avocate, Adélaïde Jacquin, a plaidé pour une peine « adaptée à la personne qu’elle est devenue aujourd’hui ». Finalement, la cour a condamné la jeune femme à cinq ans de prison dont trois avec sursis. Selon les données du ministère de la Justice, une soixantaine de femmes ont été incarcérées en France, à leur retour de Syrie. En tout, quelque 1 500 Français auraient rejoint Daech et 500 enfants y seraient nés.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Paris - Terrorisme - Droits et Justice - Syrie - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Belgique : Aicha Bacha révèle l’univers familial des djihadistes marocains partis en Syrie

À l’approche du procès des attentats à Bruxelles, la Belgo-marocaine Aicha Bacha, docteure en sciences politiques et sociales à l’Université libre de Belgique (ULB), livre les...

L’Espagne rapatrie de la Syrie quatre femmes dont une Marocaine

Le gouvernement espagnol a décidé de rapatrier les femmes de quatre djihadistes espagnols de l’État islamique détenues en Syrie avec leurs enfants espagnols. L’une d’entre elles...

France : une Franco-marocaine rapatriée de Syrie avec ses deux enfants

Retenus dans un camp syrien, une Française d’origine marocaine et ses deux enfants ont été rapatriés lundi par les autorités françaises. Mais elle devra tout de même passer par...

Fin de cavale pour Abou Mohamed Al Fateh, l’ex-Daech extradé au Maroc

Arrêté en juillet 2021 suite à la collaboration entre les autorités marocaines et grecques, Mohamed Boudarga, alias Abou Mohamed Al Fateh, ancien membre influent de Daech en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...