Casablanca : un ancien parlementaire écope de 12 ans de prison ferme pour spoliation immobilière

31 mars 2023 - 16h37 - Maroc - Ecrit par : S.A

Accusé de spoliation immobilière et de blanchiment d’argent, un ancien parlementaire a vu sa peine portée à 12 ans de prison ferme par la cour d’appel de Casablanca.

La chambre criminelle chargée des crimes financiers à la cour d’appel de Casablanca a aggravé la condamnation en première instance de l’ancien parlementaire de la circonscription d’Ain Chock, cerveau d’un réseau spécialisé dans la falsification et la spoliation foncière à Casablanca. Selon la direction de la douane, il avait commis de graves violations à la règlementation des changes en utilisant des sociétés fictives, en blanchissant de l’argent et en trafiquant des devises. Le prévenu a écopé de 12 ans de prison ferme, rapporte le quotidien arabophone Assabah. À l’inverse, un accusé turc voit sa peine réduite. Quant aux peines des autres coaccusés, elles ont été maintenues.

À lire : Demande de confirmation de la peine du chauffard qui a tué Adam à Montpellier

Ces jugements sont motivés par les conclusions de l’enquête des éléments de la BNPJ : manipulations de biens immobiliers dans les beaux quartiers de Casablanca, sur des terrains des environs, transferts douteux sur les comptes de sociétés fictives, nouvelles preuves démontrant l’ampleur des fraudes. Une mafia active en Europe et en Afrique se cache derrière ce réseau qui utilise des sociétés dirigées à distance pour remporter des marchés publics. Le réseau excelle dans la falsification de factures, l’utilisation de sociétés fictives, le trafic de devises, le blanchiment d’argent de la drogue et la spoliation de biens immobiliers et fonciers.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Prison - Blanchiment d’argent - Spoliation immobilière au Maroc

Aller plus loin

Casablanca : La Brigade Nationale enquête sur un scandale immobilier

La Brigade Nationale de la Police Judiciaire de Casablanca, mène actuellement une enquête sur un cas présumé de falsification de documents en lien avec un projet immobilier dans...

Demande de confirmation de la peine du chauffard qui a tué Adam à Montpellier

Lors du procès en appel, l’avocat général a requis la confirmation de la peine infligée par le tribunal correctionnel au chauffard qui a tué Adam, un adolescent de 9 ans, à...

Deux figures politiques de Marrakech accusées de spoliation immobilière

Deux élus de la commune de Marrakech, dont un parlementaire, sont accusés de spoliation foncière dans le cadre du projet royal dénommé « Marrakech Cité du renouveau permanent ».

Fraude immobilière à Tanger : deux ans de sursis pour un agent d’autorité

La cour d’appel de Tanger vient de condamner à deux ans de prison avec sursis un agent d’autorité accusé de falsification des documents de propriété d’un immeuble appartenant à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Maroc : des barons de la drogue profitent de la légalisation de la culture du cannabis

La récente légalisation de la culture du cannabis à usage thérapeutique au Maroc serait déjà source de malaise. Des observateurs alertent sur la survie de la filière, évoquant des craintes de blanchiment d’argent par des barons de la drogue.

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Blanchiment d’argent : le Maroc attend toujours la décision du GAFI

Le Groupe d’action financière (GAFI), organisme international de lutte contre le blanchiment d’argent a annoncé que la décision de faire sortir le Maroc de la liste grise n’est pas encore prise. Les bonds qualitatifs du pays ont, affirme-t-on, été...

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...