Les MRE, premières victimes de spoliation immobilière au Maroc

10 juillet 2023 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La spoliation immobilière est un phénomène encore très présent au Maroc. Autant des propriétaires locaux que des étrangers, dont des MRE, se comptent parmi les victimes. Le secteur souffre de l’absence d’un cadre légal fort.

Les cas de spoliation immobilière sont monnaie courante au Maroc. Vendredi dernier, une famille a été expulsée de sa propre maison par les forces de l’ordre dans le quartier Bourgogne de Casablanca. Pourtant, la maison est, depuis 1966, la propriété du beau-père de Sara (nom d’emprunt), résidant en France. Ce dernier l’aurait rachetée à un juif marocain, Félix Kayes, et la transaction a été faite devant un notaire.

« En 1967, Félix Kayes est mort. À partir de là, ma belle-famille a eu du mal à enregistrer la maison au cadastre, jusqu’à ce qu’elle obtienne un ordre écrit de la préfecture du gouverneur de Casablanca pour inscription au livre foncier, le 27 juin 1973. Ordre qui n’a jamais été exécuté. Finalement, à la fin des années 2000, une société immobilière a présenté à ma belle-famille un soi-disant contrat de donation dans lequel les héritiers de Kayes annonçaient faire don de la propriété à un certain Mohamed Loukni », explique Sara à Jeune Afrique.

À lire : Le Maroc durcit la lutte contre la spoliation immobilière

Après plusieurs années de procès, la belle-famille a reçu en 2022 un avis d’expulsion au profit de la société EMDO Building. « Sur le plan juridique, on a tout essayé. Plusieurs avocats se sont même retournés contre nous », déplore Sara. Me Messaoud Leghlimi, avocat casablancais spécialisé dans la défense des victimes de spoliation immobilière, admet que dans la plupart des cas, ces dernières perdent définitivement leurs biens. « Souvent, les biens ont été revendus entretemps et là, l’acheteur plaide la bonne foi », confie-t-il.

Les Marocains résidents à l’étranger (MRE) semblent les plus touchés par ce phénomène. Moussa Elkhal, juriste et acteur associatif en France raconte sa mésaventure. « Un jour, une personne bien informée me raconte qu’il connaît un notaire français dont la signature s’est retrouvée sur un faux acte au Maroc. J’ai mis le nez dedans et fait en sorte que l’affaire soit traitée par un procureur général au royaume. Malgré les preuves et les demandes d’annulation de l’acte, rien ou presque n’a bougé, malgré mes plaintes déposées au Maroc et en France », détaille-t-il.

À lire : Casablanca : des hommes d’affaires au cœur d’une spoliation immobilière

Et d’ajouter : « À partir de là, les dossiers liés à la spoliation ont commencé à inonder le cabinet. Pour tenter d’y faire face, nous avons créé l’Association pour le droit et la justice au Maroc (ADJM). C’était il y a 15 ans ». L’ADJM a déjà reçu plus de 400 dossiers et ne compte plus en prendre « afin d’aller au bout de tous ceux qu’elle a reçus », précise le juriste. Les escrocs, « ce sont souvent des hommes d’affaires, devenus riches du jour au lendemain, mais également des fonctionnaires, des notaires, des avocats et des narcotrafiquants. C’est un réseau sophistiqué, structuré et très puissant. Je les appelle les intouchables », déclare Me Messaoud Leghlimi, régulièrement menacé de mort.

Sujets associés : Immobilier - Droits et Justice - Arnaque - Escroquerie - MRE

Aller plus loin

Maroc : Un MRE face à l’injustice de la spoliation foncière

À Settat, un député et une docteure en médecine se retrouvent mêlés à une affaire de spoliation foncière. Seize autres personnes sont également impliquées dans cette affaire.

Escroquerie immobilière à Tanger : un promoteur sous les verrous

Un promoteur immobilier à Tanger a été arrêté et placé en garde à vue mercredi dans le cadre d’une affaire d’escroquerie.

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.

Casablanca : un ancien parlementaire écope de 12 ans de prison ferme pour spoliation immobilière

Accusé de spoliation immobilière et de blanchiment d’argent, un ancien parlementaire a vu sa peine portée à 12 ans de prison ferme par la cour d’appel de Casablanca.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le portefeuille des Marocains du monde aiguise des appétits

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a appelé à renforcer le cadre législatif de la diaspora marocaine. Depuis, la majorité gouvernementale se dispute le portefeuille des Marocains...

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Un nouveau service pour les MRE

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération africaine simplifie une fois de plus la vie des Marocains résidant à l’étranger (MRE) en mettant en place une nouvelle procédure pour la délivrance des « Prestations consulaires de proximité »...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : les envois de fonds des MRE en forte hausse

Un peu plus de 45 milliards de dirhams ont été envoyés au Maroc par les Marocains résidant à l’étranger à fin mai dernier, selon les chiffres dévoilés par l’Office des Changes.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

Le marché de l’immobilier au Maroc fait face à un déséquilibre entre l’offre en logements et la demande émanant des acheteurs. Ces derniers ont du mal à trouver une offre adéquate.

Affluence record de MRE dans les ports espagnols

Plus de 634 606 Marocains d’Europe et 153 934 véhicules ont déjà traversé les cinq ports espagnols retenus pour l’Opération Marhaba 2022, ce qui représente une augmentation de 34,2 % pour les MRE et de 47 % pour les véhicules par rapport à la dernière...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Les MRE doivent prendre les billets retour à l’avance

Tanger Med a informé les MRE que dans le cadre de la phase retour de l’opération Marhaba 2022, ils devront se munir, avant de se rendre au port, d’un billet de retour délivré par leur compagnie maritime, précisant une date et heure de voyage fermes.