Le PJD soutient ses membres accusés de corruption

13 octobre 2020 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le PJD accorde son soutien à ses membres accusés de mauvaise gestion et de dilapidation de deniers publics. La prise de position du parti est perçue par de nombreux observateurs, comme une tentative à peine voilée d’intimider et d’influencer la justice dans cette affaire.

Comment un parti qui fait de la lutte contre toutes sortes de malversations, son cheval de bataille, peut-il tenir un discours en soutien à des personnes poursuivies pour soupçon de corruption dans le cadre de leur mission de gestion des affaires locales ? Selon le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, avant de prendre cette décision, la commission centrale du parti, chargée du suivi des procès intentés aux présidents des collectivités territoriales s’est réunie mercredi dernier, et a examiné tous les cas des élus PJD actuellement poursuivis en justice. Parmi eux, beaucoup risquent la révocation à la fin du procès, et d’autres feront certainement face à des poursuites pénales devant les tribunaux compétents pour crimes financiers.

Au nombre des membres du PJD poursuivis par la justice, il y a le député et maire de Marrakech, Larbi Belkaid, et son adjoint, épinglés pour avoir lancé des marchés publics pour un montant de près de 280 millions de dirhams sans avoir respecté les procédures légales. Ils comparaîtront devant le juge d’instruction ce jeudi 14 octobre. D’autres grosses pointures du parti sont concernées par cette affaire de corruption.

Il s’agit du président de la Région de Draâ-Tafilalet, l’ancien ministre El Habib Choubani, qui a été entendu par la police judiciaire de Fès, le 21 juillet dans le cadre d’une affaire de mauvaise gestion et de dilapidation des biens publics. Il y a aussi Jamal Filali, président du conseil communal de Sefrou, qui a été entendu mercredi, par le juge d’instruction, près la Cour d’appel de Fès chargée des crimes financiers, précise la même source.

Sujets associés : Corruption - Soutien - Procès - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Maroc : de graves accusations portées à l’encontre des dirigeants du PJD

Un membre influent du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), proche des ministres du gouvernement, a porté de graves accusations à l’encontre des dirigeants du Parti de la Justice...

Corruption au Maroc : le secteur financier mise sur le renforcement des capacités en 2021

Dans le cadre d’une lutte efficace contre la corruption, Bank Al-Maghrib et deux autres institutions clés du secteur financier, en partenariat avec l’Instance Nationale de la...

Report du procès du maire de Marrakech, poursuivi pour dilapidation de deniers publics

Le procès du maire de Marrakech, Mohamed Larbi Belcaid, et son adjoint, Younes Benslimane a été reporté une nouvelle fois ce vendredi par la Chambre criminelle près la cour...

De hauts responsables du PJD devant la justice pour « dilapidation des deniers publics »

Des responsables du Parti de la Justice et du Développement (PJD) font depuis quelques jours, l’objet d’une procédure judiciaire. Des sources locales à Marrakech affirment que...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.