Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

17 juillet 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Attendu depuis des années, le projet de loi 18-18 relatif à l’organisation des appels à la générosité publique et la distribution d’aides à des fins caritatives adopté le 10 mai 2022 en commission à la deuxième Chambre a été voté en commission, le 6 juillet, à la première Chambre. De tous les membres de la commission, seul le député du PJD s’est abstenu de le voter, rapporte l’hebdomadaire La Vie éco. Qu’est-ce qui pourrait justifier cette position du parti islamiste ?

À lire : Covid-19 : le ministère de l’Intérieur aux trousses des mafias de collecte de dons

Cette position serait liée au fait que les associations « qui gravitent autour du PJD sont privées des aides publiques accordées aux partis, de la manne gouvernementale et des largesses des conseils communaux que le parti dirigeait ». Elles se voient privées des actions caritatives indirectement financées par les moyens de l’État et les collectivités territoriales mais aussi de la charité électorale autofinancée, avance-t-on.

À lire : Le Maroc veut encadrer les appels aux dons

Alors que les partis de la majorité appellent les associations qui s’investissent dans les appels à la générosité publique à se constituer légalement et se mettre à jour en termes d’organisation, les parlementaires du PJD penchent pour la liberté d’association. Ils suggèrent que les associations puissent puiser dans les fonds collectés pour financer leur propre gestion. Autres exigences : ouvrir la procédure d’appel à la générosité publique à tout le monde et soustraire le contrôle de l’opération de collecte des fonds au pouvoir de l’autorité locale.

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parlement marocain

Aller plus loin

Le Maroc veut encadrer les appels aux dons

Le projet de loi régissant les opérations de collecte et de distribution des dons à des fins de bienfaisance est en discussions depuis mardi à la chambre des conseillers. Il a...

Maroc : accusé de détournement de dons, un youtubeur en prison

Connu pour ses vidéos humanitaires, le youtubeur Youssef Zerouali a été interpellé par la police. Il lui est reproché le détournement des dons et fonds collectés pour les...

Covid-19 : le ministère de l’Intérieur aux trousses des mafias de collecte de dons

Le ministère de l’Intérieur est aux trousses des individus sans scrupules qui profitent de la crise du covid-19 pour collecter des aides humanitaires.

La gestion des waqfs par un juif marocain fait polémique

Suite à une intervention de Nabila Mounib, députée du parti socialiste unifié (PSU) devant la Commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires...

Ces articles devraient vous intéresser :

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...