La police marocaine recrute

1er septembre 2022 - 15h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Ces derniers mois, divers recrutements ont été lancés au sein de la fonction publique et se poursuivront encore, puisque la police a décidé de lancer ce mois-ci septembre, un recrutement massif d’agents de police de différents grades. Le concours aura lieu le 25 septembre 2022 pour l’enrôlement de 3838 gardiens de la paix (échelle 5), 1450 inspecteurs de police (échelle 6), 80 officiers de paix (échelle 8), 420 officiers de police (échelle 8) et 68 commissaires de police (échelle 10), rapporte Aujourd’hui Le Maroc.

À lire : La police marocaine recrute 7700 personnes, concours en décembre

Le ministère de la Justice envisage aussi de recruter 250 attachés de justice (échelle 10). Le concours se tiendra le 30 octobre prochain. Le ministère de la Santé, et d’autres départements ministériels ont également prévu des concours de recrutement avant la fin de l’année. Les informations sur les divers concours de recrutement sont à retrouver sur le portail emploi-public.ma.

À lire : Maroc : la DGSN appelle à dénoncer les corrompus lors des concours de police

En ce qui concerne les concours de la DGSN, les candidats intéressés doivent être âgés de 21 à 30 ans pour tous les postes sauf pour celui de commissaire où l’âge varie entre 21 et 35 ans. Pour les postes d’officier de police, inspecteur et commissaire de police, les hommes doivent mesurer 1 m 70 et 1 m67 pour les femmes. Pour ce qui est des postes d’officiers et de gardiens de la paix, les hommes doivent mesurer 1 m 73. Il est exigé des candidats aux différents postes, une bonne acuité visuelle et une bonne acuité auditive.

À lire : Maroc : combien de candidats pour le concours de police ?

Le postulant au poste de commissaire de police doit être titulaire d’une licence en droit ou d’un diplôme de l’ENA. Quant à ceux qui convoitent le poste d’officier de police et officier de paix, ils doivent avoir au moins un DEUG. À ceux qui veulent être inspecteurs, il est exigé au moins la validation de la première année universitaire. Pour le poste de gardien de la paix, seul le baccalauréat est exigé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration - Emploi - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Police marocaine

Aller plus loin

Hammouchi veut des policiers plus « gentils »

Le directeur général du pôle DGST-DGSN, Abdellatif Hammouchi, a adressé une note circulaire à tous ses services, leur demandant de faire preuve de respect, de gentillesse et de...

Maroc : la DGSN appelle à dénoncer les corrompus lors des concours de police

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) veut des concours de police propres, sans escroquerie ni corruption. C’est l’objet de son appel lancé hier à tous les...

La police marocaine s’équipe du BolaWrap

La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé l’usage, dès mi-juin, par la police marocaine d’un nouvel équipement. Il s’agit du lasso éjectable BolaWrap,...

La police marocaine recrute 7700 personnes, concours en décembre

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) lance un concours pour le recrutement de 7.708 policiers de différents grades. Ce recrutement se tiendra le 15 décembre 2019...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des nominations à la direction de la sécurité des Palais et Résidences royaux

Le directeur général de la Sûreté territoriale (DGST), Abdellatif Hammouchi a procédé à une nouvelle série de nominations, notamment au sein de la direction de la sécurité des Palais et Résidences royaux.

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Un beau cadeau de fin d’année pour la police marocaine

Les agents de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), travaillant dans les différentes directions au niveau national, recevront en cette fin d’année, une prime exceptionnelle, octroyée par le directeur général Abdellatif Hammouchi.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : conflit au sein des cabinets ministériels

Les membres de cabinets ministériels au Maroc se déchirent sur les prérogatives. À l’origine de ce conflit, le retard observé dans la nomination de nouveaux secrétaires généraux.

Le salaire minimum augmentera au Maroc, mais dans quelle proprotion ?

Le gouvernement se réunira, jeudi, lors d’un conseil au cours duquel seront examinés sept projets de décrets dont celui relatif à la fixation du montant du Salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.