Un prénom amazigh refusé à Casablanca

3 mars 2020 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les services de l’état civil de Casablanca ont refusé l’enregistrement du prénom d’une petite fille à qui les parents ont attribué "Silya", un prénom amazigh (berbère). Face à ce refus, ils ont sollicité l’aide de l’avocat et militant du Mouvement Amazigh, Ahmed Arhmouch.

Lorsque Brahim El Abdeloui, le père de l’enfant, a proposé le prénom à la Commission de l’état civil du district 2 de Salam, dans le district de Sidi Moumen, le 28 février, il lui a été dit que ce prénom ne figure pas sur la liste des prénoms inscrits dans les registres de l’état civil du ministère de l’Intérieur.

Saisi du dossier, l’avocat et militant du Mouvement Amazigh, Ahmed Arhmouch, a confié à Morocco World News que les services de l’état civil ont effectivement dit à la famille de la petite "Silya" que le prénom ne figure pas dans les registres de l’état civil du ministère de l’Intérieur, datant des années 1990. Selon lui, ce refus va l’encontre des décisions ministérielles publiées en 2014 par le ministère de l’Intérieur sur le sujet, et de la Constitution de juillet 2011. Les Marocains sont autorisés à choisir le prénom de leurs enfants. Mais ces prénoms ne doivent pas porter atteinte à la moralité ni à l’ordre public.

Pour aider les parents à avoir gain de cause, l’avocat Arhmouch a envoyé une lettre ouverte au chef du gouvernement Saadeddine El Othmani, au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, ainsi qu’au ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid. Aussi, a-t-il demandé "l’annulation de toutes les procédures judiciaires racistes dans les administrations marocaines". Enfin, Arhmouch appelle le gouvernement au respect strict des accords internationaux sur les droits de l’Homme et la lutte contre le racisme.

Sujets associés : Amazigh - Casablanca - Administration - Enfant

Aller plus loin

Maroc : les Imazighen en lutte pour une reconnaissance identitaire et culturelle

Les Imazighen marocains sont dans une lutte permanente pour une plus large reconnaissance identitaire et culturelle.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.