Des radars « nouvelle génération » sur les routes marocaines

27 février 2023 - 21h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le gouvernement marocain a déployé des centaines de radars dans différentes régions du royaume, afin de lutter plus efficacement contre l’insécurité routière et développer des comportements responsables des usagers de la route.

Depuis janvier 2022, la Narsa a initié le plan national de contrôle routier pour la période 2022-2024. Dans ce sens, elle a lancé au cours du même mois l’opération « Radars fixes ». En tout, 552 radars de nouvelle génération « made in Germany » ont été installés dans les différentes régions du royaume, et notamment sur les axes routiers réputés les plus accidentogènes du pays : 204 radars de contrôle du respect du feu rouge et de la vitesse au niveau des villes, 72 radars de contrôle de la vitesse moyenne au réseau autoroutier et 276 radars de contrôle de la vitesse hors périmètres urbains sur les routes nationales et régionales, fait savoir La Vie éco. Par la suite, 140 appareils ont été installés dans les 12 régions du royaume.

À lire : Marocains, préparez-vous à de nouveaux radars

Ces radars permettent d’assurer le contrôle de l’excès de vitesse, mais aussi de constater les infractions de non-respect du feu rouge, de franchissement de la ligne continue, ou de circulation sur les voies interdites. Ils peuvent également de détecter un passager qui ne porte pas la ceinture et de surveiller jusqu’à 24 véhicules en même temps, en plus de leur capacité à contrôler la vitesse moyenne des véhicules sur des tronçons qui peuvent s’étendre sur plusieurs kilomètres au niveau des autoroutes. Outre les radars fixes, des radars mobiles ont été également déployés dans les régions du royaume. Il s’agit de 120 radars mobiles de dernière génération reçus par la gendarmerie royale et de 110 cyclomoteurs 750 CC et 20 cyclomoteurs 1 250 CC offerts à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

À lire : Bientôt une centaine de radars mobiles déployés au Maroc

Outre le déploiement des radars, le gouvernement a digitalisé le traitement des infractions. Le traitement des données se fait au Centre national de traitement des infractions à Rabat. Depuis le siège de ce centre, des contrôleurs assermentés veillent à la détection des infractions, à la prise d’images et à l’identification du propriétaire du véhicule.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Accident - Routier - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Le Maroc installe des radars nouvelle génération

522 nouveaux radars de nouvelle génération ont fait leur entrée sur les routes marocaines pour le renforcement de la sécurité routière et la lutte contre diverses infractions.

Maroc : les radars fixes ont rapporté 66 millions de dirhams

Grâce aux radars fixes placés sur les axes routiers, les tribunaux marocains ont rendu 182 354 jugements relatifs aux violations et délits détectés, pour un montant total de 66...

Marocains, préparez-vous à de nouveaux radars

Le ministre des Transports, Mohamed Abdeljalil, a annoncé l’installation de 690 radars fixes sur l’ensemble du territoire à l’horizon 2024, pour faire face à l’ampleur des cas...

Maroc : voici la répartition des radars routiers dans les villes et provinces

Depuis le mois de décembre, le ministère des Transports a procédé à l’identification du nombre de radars de vitesse à travers le Maroc, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Le projet TGV Kénitra-Marrakech avance à grands pas

L’Office national des Chemins de fer (ONCF) s’active pour la réalisation du projet de construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Kénitra à Marrakech. Il vient de débloquer environ 695 millions de dirhams.

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Appel à l’intervention du roi Mohammed VI pour remanier le gouvernement

Sur la toile, les internautes marocains sollicitent l’intervention du roi Mohammed VI pour un remaniement urgent du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Autoroutes du Maroc sous le feu des critiques

De nombreux Marocains sont mécontents de la Société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM). À l’origine de ce mécontentement, la mauvaise qualité des aires de repos et de la cherté de leurs produits et services.

Le PLF 2023 adopté par le conseil de gouvernement

Au lendemain du conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI, le conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat et a procédé à l’adoption du projet de loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 et les textes l’accompagnant.