Rapprochement Maroc-Israël : le soutien de l’Algérie au Polisario, l’élément déclencheur

1er juin 2024 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Près de quatre ans après, la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël reste un sujet d’actualité, surtout depuis le déclenchement de la guerre entre l’État hébreu et le mouvement palestinien du Hamas. Mustapha Ramid, ancien ministre marocain de la Justice, revient sur ce rapprochement historique.

L’hostilité de l’Algérie à l’égard de Rabat a joué un rôle clé pour pousser le Maroc à signer l’accord de normalisation de ses relations avec Israël, a affirmé Mustapha Ramid, ancien ministre marocain de la Justice (2012-2017) lors de la conférence du Forum Ahmed Raissouni, soutenant que les contraintes spécifiques de chaque pays peuvent stimuler les efforts de normalisation. Il ajoutera : « Pour le Maroc, cela concerne principalement la question du Sahara marocain […] Les puissances occidentales exploitent souvent les crises internes aux pays pour exercer des pressions supplémentaires ».

À lire :L’Algérie cherche le soutien de la Chine pour contrer l’alliance Maroc-Israël

Sous l’égide de l’administration Trump, le Maroc a normalisé ses relations diplomatiques avec Israël en décembre 2020 en échange de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. Ce rapprochement historique est à l’origine de la dégradation des relations entre Rabat et Alger. Cette dernière a rompu de façon unilatérale ses relations diplomatiques avec le Maroc le 24 août 2021 en raison « d’actions hostiles » du royaume à l’égard du pays. « Les services de sécurité et la propagande marocains mènent une guerre ignoble contre l’Algérie, son peuple et ses dirigeants », avait accusé Ramtane Lamamra alors ministre algérien des Affaires étrangères. De son côté, le ministère marocain des Affaires étrangères avait regretté cette décision, et rejeté « les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent ». « Le Maroc regrette cette décision complètement injustifiée mais attendue – au regard de la logique d’escalade constatée ces dernières semaines », indiquait un communiqué.

À lire :Le Maroc va-t-il revenir sur sa normalisation avec Israël ?

Ce rapprochement historique a également mis en difficulté le parti au pouvoir, le Parti de la Justice et du développement (PJD) alors dirigé par Saaddedine El Othmani, également chef du gouvernement. Les islamistes ont toujours affiché leur opposition à une éventuelle normalisation des relations entre les deux pays. En actant ce rapprochement historique, le prédécesseur d’Aziz Akhannouch s’est mis à dos les membres de sa formation politique, mais aussi le peuple marocain acquis à la cause palestinienne. Conséquence : le parti a perdu les élections de septembre 2021.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Normalisation Maroc Israël - Palestine - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

L’Algérie cherche le soutien de la Chine pour contrer l’alliance Maroc-Israël

L’Algérie a trouvé en la Chine l’allié de taille pour contrer l’alliance entre le Maroc et Israël qui se renforce au plan militaire depuis la normalisation des relations entre...

Maroc : 50 % des jeunes pour la normalisation des relations avec Israël

Selon l’enquête annuelle réalisée par « ASDA’A BCW Arab Youth Survey 2023 », 50 % des jeunes marocains approuvent le rétablissement des relations avec Israël.

Des journalistes marocains vent debout contre la normalisation avec Israël

Un collectif de journalistes marocains s’opposent à la normalisation avec Israël et appelle le gouvernement à suspendre l’autorisation accordée à une chaîne israélienne d’ouvrir...

Casablanca : manifestation contre la normalisation Maroc-Israël

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche dans les rues de Casablanca contre la normalisation des relations entre le Maroc et Israël et pour dénoncer le « génocide »...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère du ministre de la Justice, Adellatif Ouahbi.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.