Nouveau rebondissement dans l’affaire Hassan Tazi

7 janvier 2024 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Plusieurs témoins ont été auditionnés vendredi devant la cour d’appel de Casablanca dans le cadre du procès de l’affaire dite Dr. Hassan Tazi, du nom du célèbre chirurgien esthétique, poursuivi pour traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie.

Les déclarations de l’agent de sécurité de la clinique Chifaa, dont est propriétaire l’accusé, ont suscité la vive réaction des avocats de la défense qui ont accusé l’agent de « faux témoignage », notant des contradictions et des incohérences dans ses déclarations. L’avocat a mis en évidence ces « contradictions » dans les déclarations du témoin, soulignant que ce dernier avait affirmé par exemple que l’employée recevait 70 000 dirhams, une information qu’il n’a pas pu confirmer devant le tribunal.

« Le témoin dit que les accusées Amina et Fatima ont de grands pouvoirs dans la clinique, mais en réalité, ces déclarations ne sont pas vraies ; Amina travaille seulement une demi-journée, et Fatima est une réceptionniste », relève la défense. Et d’ajouter : « Ce témoin parle précisément de la commission dans les procès-verbaux de la police, disant qu’elle varie entre 20 et 10 pour cent, mais devant le tribunal, il dit que c’est ce qui se dit ? ».

À lire : Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

La défense de Tazi prévoit de déposer une plainte auprès du procureur général « pour clarifier le fait que ce témoin a fait de fausses déclarations et induit en erreur la justice ». Mais le parquet ne partage pas cet avis, assurant n’avoir relevé aucune contradiction dans le témoignage de l’agent de sécurité qu’il trouve au contraire « précis, détaillé et cohérent, malgré la diversité des questions qui lui ont été posées par les forces de l’ordre, le juge d’instruction ou le tribunal ».

Les avocats ont également rappelé que le témoin avait déposé une plainte contre la clinique, ce qui rend son témoignage « irrecevable » selon la loi. En réponse, le vice-procureur général a indiqué avoir « intentionnellement omis de mentionner ce point, car l’action en justice intentée par le témoin est contre l’établissement et non les accusés, même s’ils travaillent pour l’établissement ». Finalement, la cour a rejeté la demande de la défense de ne pas considérer ce témoignage.

Sujets associés : Hassan Tazi - Droits et Justice - Procès

Aller plus loin

Affaire non résolue : il y a 20 ans l’horrible meurtre d’une femme enceinte à Casablanca

En 2003, le corps d’une femme enceinte avait été découvert à son domicile à Hay Salmiya, son fœtus lui ayant été arraché de son ventre. 20 ans après, l’affaire connaît un...

Des témoins convoqués dans l’affaire Hassan Tazi

Le procès de Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains et abus de faiblesse, devant la chambre des crimes financiers de...

Du nouveau dans l’affaire Hassan Tazi

La cour d’appel de Casablanca a décidé de reporter au 16 février l’examen de l’affaire Hassan Tazi, du nom du chirurgien esthétique poursuivi pour traite d’êtres humains, abus...

Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

La confrontation entre les accusés se poursuit dans le cadre du procès du célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.