Une "cellule terroriste" démantelée au Maroc

26 décembre 2013 - 12h55 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les services de la sûreté nationale et de la gendarmerie royale ont démantelé il y a quelques jours une cellule terroriste composée de plusieurs personnes opérant dans différentes villes du Royaume.

D’après un communiqué du Ministère de l’Intérieur marocain diffusé mercredi, les membres du réseau ont suivi des entraînements pour le maniement de différents types d’armes et explosifs au sein d’organisations terroristes.

Parmi les individus arrêtés, se trouve un ancien détenu déjà incarcéré dans le cadre de la loi anti-terroriste. Il est soupçonné d’avoir joué le rôle principal en tant que "coordonnateur au niveau national des opérations de collecte de fonds et de recrutement de volontaires". Les suspects seront traduits en justice une fois l’enquête achevée.

Depuis la promulgation de la loi anti-terroriste votée à la hâte suite aux attentats de Casablanca en 2003, plusieurs cellules terroristes ont été démantelées au Maroc. Les organisations de défense des droits de l’Homme critiquent souvent les autorités pour l’iniquité de certains procès, mettant en cause les présumés membres de ces cellules.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Droits et Justice - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Attentats de Casablanca - Gendarmerie Royale - Police marocaine

Ces articles devraient vous intéresser :

Cinq nouvelles nominations à la DGSN

Le directeur général de la Sûreté territoriale (DGST), Abdellatif Hammouchi, a procédé à une nouvelle série de nominations, notamment au sein des services centraux de la Direction des Ressources humaines.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.