Retour des mineurs : le Maroc n’a pas fourni les renseignements demandés par l’Espagne

2 janvier 2022 - 14h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’Espagne attend toujours les informations demandées au Maroc sur les 700 mineurs non accompagnés encore à Ceuta, pour lancer la procédure de leur rapatriement.

La délégation du gouvernement de Ceuta reste préoccupée par la situation des mineurs arrivés en mai et qui attendent d’être rapatriés. Les autorités de la ville autonome n’ont toujours pas obtenu les renseignements demandés au Maroc pour engager la procédure de leur retour, conformément aux textes en vigueur, fait savoir El Faro de Ceuta.

Selon la loi sur les étrangers, le délégué du gouvernement à Ceuta ne peut engager la procédure de rapatriement d’un mineur sans connaître sa « situation familiale » dans son pays d’origine. C’est ce rapport qui est actuellement attendu du Maroc, malgré « tous les moyens possibles » utilisés par les autorités locales pour l’obtenir. A cela doit s’ajouter un document du Service de protection de l’enfance de la ville autonome devant comporter « toute information sur la situation du mineur ».

À lire : Le Maroc « ne joue pas le jeu » du rapatriement des mineurs

Le délégué doit en outre assurer l’intérêt supérieur de chaque enfant. C’est pourquoi, après étude au cas par cas, il pourra décider si la meilleure solution est « le regroupement avec sa famille ou sa mise à la disposition des services de protection de son pays d’origine ».

En tout, 360 mineurs sont encore pris en charge par l’administration de Ceuta, a indiqué lundi dernier le président de Ceuta, Juan Jesús Vivas, dénonçant l’attitude du Maroc « qui n’a montré sa volonté de collaborer activement qu’en août », après la suspension de l’opération de rapatriement des mineurs jugée « illégale » par la justice espagnole, et par laquelle 55 mineurs ont été rapatriés au Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Mineurs : le président de Ceuta assume les retours « illégaux » au Maroc

Le président de Ceuta, Juan Vivas, a déclaré samedi qu’« il a encouragé et autorisé toutes les actions » de sa vice-présidente, Mabel Deu (PP), dans le cadre des retours des...

Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a insisté lundi sur la nécessité de procéder au rapatriement des 700 mineurs marocains qui continuent d’errer dans la...

Le Maroc va autoriser le retour des mineurs de Ceuta

Les relations entre le Maroc et l’Espagne se normalisent. Après le changement de position de l’Espagne sur le Sahara, le roi Mohammed VI a invité Pedro Sanchez à effectuer une...

Deux familles marocaines débarquent sur les Îles Chaffarines et demandent l’asile

Deux familles marocaines arrivées dans les îles Chafarinas le 31 décembre dernier, ont été rapatriées au Maroc. La section Nador de l’Association marocaine des droits de l’homme...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).