Sainte-Etienne : le recteur de la mosquée de Mohammed-VI bénéficie d’une relaxe

26 septembre 2021 - 20h40 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal correctionnel de Saint-Étienne a prononcé une relaxe en faveur de Larbi Marchiche, recteur de la grande mosquée Mohammed-VI. Il était jugé pour avoir fait venir de façon illégale des artisans marocains en France pour l’achèvement des travaux du lieu de culte.

Après 10 ans de procédure entre la première plainte, la mise en examen de Larbi Marchiche, un premier non-lieu, l’appel du parquet de Saint-Étienne, le recteur de la grande mosquée Mohammed-VI — propriété du roi du Maroc — est enfin tiré d’affaire, rapporte Le Progrès. Jeudi, il a bénéficié d’une relaxe devant le tribunal de la ville. Il lui était reproché de fournir de la main-d’œuvre illégale pour l’achèvement des travaux du lieu de culte.

L’affaire remonte à 2009. Larbi Marchiche était parti au Maroc pour solliciter l’aide du roi Mohammed VI pour les finitions de la mosquée. Un projet démarré en 2005. C’est ainsi qu’au printemps 2009, plus de 50 ouvriers marocains, spécialisés dans la mosaïque, le bois, les staffs, étaient arrivés à Saint-Étienne pour travailler pendant neuf mois. Une cinquantaine selon le représentant de la grande mosquée ; 70, selon la justice. Mais l’un d’eux saisit la justice et affirme n’avoir jamais été payé.

À lire : La Grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne accueille les fidèles

Lors de l’audience de jeudi, la présidente du tribunal, Vaillant, s’adresse au mis en cause. « Pourquoi le Maroc passe-t-il un marché ?, questionne-t-elle. « Parce que nous n’avions plus les moyens de payer, répond Larbi Marchiche. Je suis allé voir sa majesté qui a accepté de financer la fin des travaux. Je travaille depuis quinze ans avec tous les services de l’État et nous avons toujours respecté toutes les règles. Vous savez, là où il y a le nom du roi (Mohammed VI), on ne peut pas se permettre de faire n’importe quoi… »

Les questions s’enchaînent : Les ouvriers marocains étaient-ils vraiment en règle ? Dans quelles conditions ont-ils travaillé ? Et surtout, ont-ils travaillé uniquement pour le chantier pour lequel ils étaient venus ? « Je les ai même présentés au préfet lorsqu’il est venu voir les travaux », se défend Larbi Marchiche. « Il y a eu des largesses avec le droit du travail, indique Merle, le procureur de la République. […] On a demandé aux services de l’État de se montrer fluides, souples, dans la gestion de ce dossier. Et ça, ça ne me va pas ». À son tour, il s’adresse au prévenu : « Dix ans. Ce n’est pas un délai raisonnable pour un justiciable. Je vous présente mes regrets ».

Sujets associés : France - Mohammed VI - Droits et Justice - Saint-Etienne

Aller plus loin

Les dons des fidèles volés à la mosquée de Mantes-la-Ville

Un homme s’est introduit dans la mosquée de Mantes-la-Ville (Yvelines), rue des Merisiers, avant de dérober la caisse contenant l’argent donné par les fidèles.

Le Maroc injecte 24 millions de DH dans les travaux de la mosquée Mohammed VI à Abidjan

Le Maroc vient d’injecter plus de 24 millions de DH dans les travaux de construction de la mosquée Mohammed VI à Abidjan en Côte d’Ivoire. Dans ce cadre, deux marchés ont été...

Roubaix : les responsables de la mosquée Sunna convoqués par le préfet

Depuis le début de la pandémie, seuls les hommes sont admis à la mosquée Sunna de Roubaix, provoquant un déferlement de réactions qui a fini par atteindre le ministère de...

Aux États-Unis, une église récolte de l’argent pour la réparation d’une mosquée

Une église de Denton a lancé une levée de fonds pour la réparation de la mosquée du Texas ravagée par la tempête hivernale. Cette collecte de fonds a été un succès.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des villageois lancent un appel au roi Mohammed VI

Les habitants d’un village touché par le puissant et dévastateur tremblement de terre, sont en colère contre le gouvernement à cause de l’aide d’urgence qu’ils affirment ne pas avoir encore reçu. Ils appellent le roi Mohammed VI au secours.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Walid Regragui reconnaissant envers le roi Mohammed VI

Auréolé du titre de meilleur coach arabe de l’année, Walid Regragui, sélectionneur de l’équipe du Maroc exprime sa reconnaissance envers le roi Mohammed VI pour son soutien.

Vaste remue-ménage au sein de l’armée marocaine

Le roi Mohammed VI, chef suprême et chef d’État-major des Forces armées royales (FAR), a procédé à vaste remaniement. Des généraux et colonels-majors appartenant aux FAR et à la gendarmerie ont été mis à la retraite.

Le Roi Mohammed VI en visite au Sahara ?

Le roi Mohammed VI serait attendu dans les prochains jours au Sahara où il se rendra dans plusieurs villes.

Le roi Mohammed VI ne fera plus de discours du 20 août

Le roi Mohammed VI ne prononcera plus le discours de la célébration de la Révolution du Roi et du Peuple le 20 août. Celui-ci, selon le Cabinet royal est trop proche du discours du Trône et celui de la rentrée parlementaire.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Quand Jeune Afrique encense Mohammed VI

Dans une analyse, François Soudan, directeur de la rédaction du magazine Jeune Afrique, a décortiqué le règne de Mohammed VI, mettant en avant la détermination, la vision claire et le bon sens du monarque marocain qui a su s’adapter aux exigences du...