Le Maroc face à une migration inattendue de sardines

6 juin 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le réchauffement des mers et l’évolution des courants océaniques incitent les sardines et d’autres petites espèces de poissons pélagiques vers le nord le long de la côte de l’Afrique du Nord-Ouest, notamment le Maroc. Ce sont les conclusions d’une étude menée par des chercheurs du Sénégal, de la France, de la Norvège, du Maroc, de la Mauritanie et de la Gambie.

Les petits poissons pélagiques, notamment les sardines, migrent vers le long des côtes de l’Afrique du Nord-Ouest, révèle une récente étude publiée dans la revue Scientific Reports. Le travail mené par des scientifiques de diverses institutions du Sénégal, de la France, de la Norvège, du Maroc, de la Mauritanie et de la Gambie, a analysé les données de 2 363 échantillons de chalutages et de 170 000 km d’études acoustiques en mer réalisées entre 1995 et 2015.

À lire :Mort suspecte de centaines de poissons dans un fleuve près de Nador

Les résultats révèlent que la partie sud du Grand écosystème marin du courant des Canaries (CCLME), qui s’étend du Maroc au Sénégal, a connu un réchauffement important au cours des 34 dernières années, et que cette tendance au réchauffement s’est accompagnée de changements dans la vitesse du vent et l’intensité de la remontée d’eau (upwelling), en particulier dans les zones où l’upwelling côtier était déjà le plus fort. Les chercheurs affirment avoir observé un déplacement significatif de la limite nord de Sardinella aurita, qui s’est déplacée vers le nord à un rythme de 181 km par décennie depuis 1995. De même, l’abondance des sardines a augmenté dans les régions subtropicales et diminué dans la région intertropicale, révèle l’étude.

À lire :Espagne : alerte sur la présence d’histamine dans des sardines marocaines

La température moyenne de surface de la mer (SST) et une diminution de la productivité marine dans les régions méridionales du CCLME sont à l’origine de ce changement aux tendances à long terme, estiment les chercheurs, notant que le déplacement des populations de sardines vers le nord a des implications significatives pour le Maroc, qui a connu une augmentation des captures de sardines ces dernières années. La présence exceptionnelle de sardines jusqu’à Casablanca en 2015 est probablement liée au déplacement de leur répartition vers le nord observé dans cette étude.

À lire :Un poisson géant découvert dans le nord du Maroc (vidéo)

Touchés par le réchauffement climatique, notamment la sécheresse, la désertification et l’élévation du niveau de la mer, le Maroc, comme le reste du nord-ouest de l’Afrique, partageant les mêmes stocks de poissons, devraient profiter de cette migration des sardines, estiment encore les chercheurs. Ils leur recommandent d’adopter une politique régionale commune en faveur de la sécurité alimentaire et de la souveraineté alimentaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Etude - France - Sénégal - Mauritanie - Norvège - Gambie - Environnement - Afrique

Aller plus loin

Au Maroc, le « poisson des pauvres » devient un luxe

Les prix de la sardine encore appelée « poisson des pauvres » ont connu une hausse significative dans la région d’Al Hoceïma, atteignant 50 dirhams le kilogramme dans certains...

Espagne : alerte sur la présence d’histamine dans des sardines marocaines

L’Agence espagnole de sécurité alimentaire et de nutrition (AESAN) a lancé une alerte concernant la présence d’histamine dans un lot de sardines fumées à l’huile de tournesol...

Une plage du sud du Maroc confrontée à une mystérieuse hécatombe d’anchois

Des millions d’anchois morts ont échoué ces derniers temps sur les côtes et les plages de Sidi Ifni. Un phénomène qui n’a pas manqué de susciter l’inquiétude des autorités...

Un poisson géant découvert dans le nord du Maroc (vidéo)

Un groupe de pêcheurs a pris un poisson-lune aux dimensions presque préhistoriques sur les côtes de Sebta, au large du Maroc, le 3 octobre dernier. Une découverte pour le moins...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un frigo, 100% marocain, écologique et sans électricité

Un réfrigérateur en argile, qui fonctionne sans électricité et peut conserver les aliments pendant 15 jours. C’est l’invention créée il y a quelques années par Rawya Lamhar, une jeune ingénieure marocaine.

Un mystérieux cratère apparaît au Maroc après le séisme

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a secoué le Maroc, une fosse géante s’est formée dans une zone rurale. Le séisme a-t-il favorisé sa formation ?

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Maroc : nouvelle tragédie pour les rescapés du séisme

Les rescapés du violent et puissant tremblement de terre du 8 septembre se battent maintenant pour survivre aux rafales de vent et aux inondations qui frappent le Maroc. Ils vivent dans des tentes qui ne résistent pas aux intempéries. Face à la...

Le Maroc envahi par les chiens interdits

Alors que la loi relative à « la prévention et la protection des personnes contre les dangers des chiens », interdit la possession, la domestication, l’achat, la vente et l’élevage de chiens classés comme dangereux, nombreux sont les jeunes qui...

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Maroc : des plages plus sûres et plus propres cette année

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, s’active pour la protection et l’amélioration des plages dans le cadre de la préparation de la saison estivale 2024.

Maroc : les plages à éviter cet été

Le ministère de la Transition énergétique et du développement durable a récemment publié la liste des plages classées non conformes à la baignade pour la saison estivale qui s’annonce. En tout, 22 plages dont celle de Salé, très fréquentée par les...

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.