Le Conseil supérieur des oulémas dénonce et rejette le film « Sayidat Al Jannah »

12 juin 2022 - 13h20 - Culture - Ecrit par : G.A

Pour « falsification flagrante de l’histoire de l’Islam », le Conseil supérieur des oulémas condamne et rejette fermement le contenu du film « Sayidat Al Jannah » (La Dame du paradis), et met en garde contre sa projection au Maroc.

Dans un communiqué rendu public samedi, le Conseil supérieur des oulémas dit avoir pris connaissance du contenu global du film produit récemment sous le titre « Sayidat Al Jannah » (La Dame du paradis) et a relevé certaines incohérences pour lesquelles ce film ne saurait être projeté dans les salles de cinéma au Maroc.

À lire :Le nouveau rôle de Nisrine Erradi fait scandale

Dans un premier temps, le Conseil a souligné que « la personne qui a écrit le film appartient à un courant chiite. Il a été déchu de sa nationalité koweïtienne pour ses idées extrémistes », et que le film en lui-même « constitue une falsification flagrante des faits », contient un acte odieux qui ne peut « nullement être accepté par les musulmans et les musulmanes à savoir l’incarnation du Prophète ».

À lire :Une scène d’un film diffusé sur Netflix met en colère les musulmans

Selon le Conseil, le film a osé présenter une image tronquée de Fatima Zahra, fille du prophète, en racontant des mensonges et en relevant des faits contraires à l’esprit de la religion et de la réalité de l’histoire. En dehors de Fatima Zahra, le film « Sayidat Al Jannah » est également une suite de calomnies à l’encontre de Sidna Abou bakr. « Ceux qui sont derrière ce film cherchent la célébrité et le sensationnel, la promotion de leur production, et la réalisation du plus grand nombre de spectateurs, en portant atteinte aux sentiments des musulmans et en attisant les sensibilités religieuses »,indique-t-on.

À lire :Voilà pourquoi le film exodus a été interdit au Maroc

Pour toutes ces considérations, le Conseil supérieur des oulémas condamne fermement le contenu de ce film et souligne que toute « falsification des faits, qui porte atteinte à l’Islam et aux musulmans, est rejetée par tous les peuples, parce qu’elle ne sert pas leurs intérêts supérieurs entre les nations, particulièrement en ces temps ». C’est la raison pour laquelle, le Conseil invite les autorités compétentes à prendre toutes les mesures nécessaires à ce sujet.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cinéma - Religion - Islam

Aller plus loin

Les salafistes vent debout contre la diffusion au Maroc des films d’animation

Sur la toile, les salafistes affichent leur opposition à la diffusion au Maroc des films d’animation et vont jusqu’à se poser en régisseurs de la scène médiatique.

Interdit au Maroc, le film Much Loved cartonne en Tunisie (vidéo)

La Tunisie est le seul pays maghrébin à avoir programmé le film Much Loved, de Nabil Ayouch. Projeté hier aux Journées cinématographiques de Carthage, l’engouement était tel...

Une scène d’un film diffusé sur Netflix met en colère les musulmans

Le film "Sheikh Jackson", qui retrace la vie d’un imam aux croyances et convictions troublées à l’annonce de la mort de Michael Jackson, est actuellement diffusé sur la...

Royaume-Uni : annulation des projections d’un film britannique sur le prophète Mohammad

Au Royaume-Uni, la diffusion d’un film sur le prophète Mohammad a provoqué des manifestations de musulmans devant les salles de cinéma. Une chaîne britannique a dû annuler les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd al Adha au Maroc : l’appel à l’annulation monte sur les réseaux sociaux

Alors que certains Marocains appellent à l’annulation de la célébration de l’Aïd al-Adha sur les réseaux sociaux, d’autres tiennent au respect de cette tradition religieuse.

Le hijab sur les podiums, témoignage de Mariah Idrissi

La Londonienne d’origine pakistanaise et marocaine Mariah Idrissi, premier mannequin en hijab à prendre part à une campagne publicitaire, se dit persuadée que malgré certaines pressions, la mode pudique va continuer à se développer.

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

Chaâbane débute mercredi, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1444 de l’hégire correspond au mercredi 22 février 2023, a annoncé hier le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Des milliers de Marocains privés d’IPTV

Des milliers de Marocains amateurs de films, de séries et de télévision par Internet (IPTV) ont été récemment touchés par une action des forces de l’ordre européennes. Europol et le Service néerlandais d’informations et d’enquêtes fiscales (FIOD) ont...

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Officiel : l’Aïd Al-Adha aura lieu le lundi 17 juin au Maroc

Le 1ᵉʳ Dou Al Hijja de l’an 1445 de l’hégire correspondra au samedi 8 juin 2024 et l’Aïd Al-Adha sera célébré au Maroc le lundi 17 juin, a annoncé vendredi soir le ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

Aïd Al-Adha au Maroc : alerte sur les viandes vertes

Redoutant le verdissement des viandes à cause des fortes températures au Maroc et les maladies qui pourraient en découler, des experts appellent les consommateurs à la vigilance lors de la célébration de l’Aïd al-Adha.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.