Deux sœurs marocaines font chanter un prêtre italien

11 septembre 2020 - 14h00 - Monde - Ecrit par : K.B

Deux sœurs marocaines ont été interpellées par la police italienne, pour chantage et tentative d’extorsion de fonds. Elles ont réclamé 40 000 euros au prêtre d’une église à Camposampiero, dans la province de Padoue.

Dans une lettre adressée à l’évêque de l’église, les deux soeurs prétendaient être au courant de son comportement pervers et de ses penchants homosexuels, rapporte la presse locale.

Les mises en cause disposeraient même d’une vidéo de ses ébats sexuels avec un Marocain, prise à l’intérieur de la bâtisse. Pour éviter un scandale, l’homme devait leur verser la somme de 40 000 euros.

La victime, ajoute la même source, n’était pas de cet avis. Refusant de céder au chantage, l’homme a préféré plutôt se repentir de ses péchés et dénoncer les deux sœurs à la police.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Femme marocaine - Chantage

Aller plus loin

Des MRE victimes de sextorsion, les accusés condamnés

Deux individus qui excellaient dans l’arnaque, l’escroquerie et le chantage sexuel sur les réseaux sociaux ont été condamnés à une année de réclusion criminelle. Le tribunal de...

Une Marocaine expulsée du Bahreïn pour le chantage sexuel d’un journaliste

Victime de sextorsion, un journaliste bahreïni a vécu un véritable enfer depuis octobre dernier, suite à sa rencontre avec une jeune femme marocaine.

France : extorsion et chantage envoient un Marocain en prison

Originaire de Nancy, Brahim B., 31 ans, est passé maître dans l’art du chantage et d’extorsion de fonds. Après avoir offert son corps sur des sites gays, il menaçait ses amants...

Victime de sextorsion, un haut fonctionnaire américain appelle l’ambassade du Maroc à Washington à l’aide

Deux individus ont été interpellés à Salé après qu’un haut fonctionnaire américain qui se dit victime de sextorsion a sollicité l’aide de l’ambassade du Maroc à Washington. Le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.