Un sympathisant du PJD arrêté pour apologie du terrorisme

26 décembre 2016 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Les autorités marocaines avaient prévenu en rappelant que le code pénal interdit formellement l’apologie du terrorisme.

D’après le site alyaoum24, qui cite Al3omk, un proche du Parti de la justice et du développement (PJD), a été arrêté par les services du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) mercredi matin à Benguerir avant d’être transféré à Salé pour y être interrogé.

Il est accusé d’avoir glorifié l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov, sur une page Facebook qu’il administre avec plusieurs membres du PJD.

Jeudi, les ministères de l’Intérieur et de la Justice avaient décidé d’ouvrir une enquête après qu’un groupe a « clairement exalté, sur les réseaux sociaux, l’acte d’assassinat de l’Ambassadeur russe en Turquie ». Ils avaient rappelé que le code pénal marocain sanctionnait d’une peine allant de 2 à 6 ans de prison et d’une amende de 10.000 à 200.000 dirhams toute personne faisant l’apologie du terrorisme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Ministère de la Justice et des Libertés - Code pénal marocain

Aller plus loin

Des militants du PJD poursuivis pour « apologie du terrorisme »

Pour avoir publié des messages saluant l’assassinat de l’ambassadeur de Russie en Turquie en décembre dernier, trois militants du PJD sont poursuivis pour apologie du terrorisme...

Maroc : les autorités rappellent que l’apologie d’actes terroristes constitue un crime puni par la loi

Les ministères de la Justice et de l’Intérieur ont mis en garde contre les propos faisant l’apologie d’actes terroristes car ils constituent un crime puni par la loi.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Maroc : bonne nouvelle pour les amateurs de hammams

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a instruit les gouverneurs des régions et les préfets des préfectures et provinces du royaume pour que soit revue la décision de fermeture des hammams et des stations de lavage de voitures en fonction de...