Marrakech s’active pour une reprise du tourisme réussie

30 septembre 2020 - 11h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Le palace de la Mamounia en travaux depuis quelques mois, espère rouvrir ses portes à partir du 16 octobre. Tout ce qu’attendent les opérateurs touristiques, la levée de l’état d’urgence et une vraie programmation aérienne.

Chez les opérateurs touristiques, c’est le branle-bas. Les travaux de rénovation du palace de la Mamounia sont presque achevés, et l’établissement programme sa réouverture pour le 16 octobre prochain, si toutefois les conditions pour une reprise sont réunies.

Contraints au chômage, depuis mars dernier, palaces et unités haut de gamme comptent faire de bonnes affaires à la faveur de la réouverture des frontières. « A l’instar d’autres pays concurrents, le Maroc doit s’adapter à la pandémie avec des mesures de précaution, tout en reprenant l’activité touristique », indique Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière, rapporte le journal l’Economiste.

Et partout, on s’affaire. « Mais sans la levée de l’état d’urgence et une vraie programmation aérienne, il est très difficile de penser à une reprise », conditionne un directeur d’établissement, ajoutant : « Nous espérons bien entendu sauver la saison d’hiver et ne pas rater les fêtes de fin d’année, Marrakech réalisant une bonne partie de ses nuitées durant cette période ».

Le segment luxe dépend des arrivées internationales, lui qui vise particulièrement une clientèle anglaise, américaine, russe… au point d’en faire sa chasse gardée. Contrairement aux clubs et à d’autres catégories d’hébergement qui ont tenté une réouverture durant la période estivale, les palaces et les maisons d’hôtes de luxe ont baissé le rideau. Ces unités, ce sont plusieurs milliers de lits dans la cité ocre et le Haouz. Ainsi, en parallèle aux très beaux riads de luxe qui ont poussé dans la médina, des unités hôtelières de haut de gamme comme le Namaskar, le Salman, le Royal Mansour se dressent. Les signatures internationales ne manquent pas à l’appel. C’est le cas du groupe français Barrières, rivé sur Marrakech, ou encore la chaîne indienne Oberoi.

Certains établissements sont devenus des lieux de villégiature qu’affectionnent les grosses fortunes du monde, à l’instar du palace la Mamounia qui continue de tenir le haut du pavé. En réfection depuis quelques mois, le célèbre établissement, du haut de ses 95 ans d’histoire, est « presque prêt » et espère rouvrir ses portes à partir du 16 octobre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Consommation - Hôtellerie - Restauration - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : des pistes pour relancer le tourisme

L’office national marocain du tourisme (ONMT) a organisé le voyage vers le Maroc, des professionnels du secteur du tourisme du Royaume-Uni et de l’Espagne, afin de s’imprégner...

Le Maroc facilite encore plus l’entrée des touristes

A la demande pressante des professionnels du tourisme, le gouvernement assouplit les conditions d’accès des touristes au Maroc. Outre la suppression du test sérologique, le...

Tourisme : de bonnes perspectives pour Marrakech

Deux rendez-vous internationaux maintenus pour 2021, les assemblées du FMI/BM et celle de l’Organisation mondiale du tourisme, ainsi qu’un agenda culturel assez chargé,...

Tourisme : très difficile année pour Marrakech

Le tourisme au Maroc a été fortement impacté par la pandémie du Covid-19 tout au long de cette année 2020. Et au nombre des villes qui ont durement souffert de la fermeture des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les touristes peuvent-ils entrer au Maroc avec un drone ?

Les touristes nationaux mais surtout étrangers développent de plus en plus une passion pour l’utilisation des drones. Que dit la loi marocaine sur cet appareil ?

Le Maroc compte doubler ses arrivées touristiques d’ici 2030

Dans un contexte de reprise du secteur touristique, le Maroc a revu ses ambitions à la hausse, ambitionnant de doubler le nombre d’arrivées à l’horizon 2030.

Le Maroc parie sur le tourisme interne

Les autorités marocaines affirment avoir mené plusieurs actions pour promouvoir et renforcer le tourisme interne en 2023.

Maroc : des hôtels pour les sinistrés du séisme

La ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a évoqué l’éventualité d’une réouverture de certains hôtels fermés en vue d’accueillir les sinistrés du séisme qui a frappé le royaume dans la nuit du...

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Tourisme au Maroc : difficile d’atteindre le niveau de visiteurs pré-Covid

Des professionnels du tourisme marocain estiment que la reprise du secteur ne pourra atteindre le niveau d’avant la pandémie en termes de nombre de visiteurs. L’année pourrait toutefois s’achever sur de bons chiffres, avec un niveau de recettes de 78...

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Un mois après le séisme, le tourisme marocain se redresse

Le Maroc conjugue désormais au passé l’impact négatif du puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le peuple marocain et causé d’énormes dégâts matériels sur son tourisme. L’industrie se porte mieux que jamais.

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.