Comment des trafiquants de drogue ont blanchi des dizaines de millions d’euros au Maroc

14 novembre 2020 - 18h30 - France - Ecrit par : S.A

Les sections de recherches de Lyon, Chambéry, Nîmes et Montpellier appuyées par Europol ont démantelé un vaste réseau de blanchiment du trafic de drogue qui achemine de l’argent sale au Maroc via l’Espagne.

Il a fallu plusieurs mois d’enquête et une longue coopération, entre toutes les sections spécialisées à travers tout l’hexagone pour que ce réseau soit démantelé début novembre. Selon les faits, des poids lourds sillonnaient toute la France pour collecter l’argent généré par des trafiquants de drogue, rapporte Franceinfo. Cet argent est ensuite acheminé au Maroc via l’Espagne. D’après la gendarmerie française, ce «  vaste réseau blanchissait environ 90 millions d’euros par an  ».

Au total, les sections de recherches de Lyon, Chambéry, Nîmes et Montpellier, appuyées par une unité d’Europol spécialisée dans la traque du blanchiment, ont arrêté 18 personnes et saisi 4 millions d’avoirs criminels (espèces, appartements, camions, voitures, comptes bancaires), a-t-elle détaillé dans un communiqué. Le juge d’instruction a décidé du placement en détention provisoire de 14 d’entre elles. Les quatre autres ont été placées sous contrôle judiciaire.

Au dire des enquêteurs, le réseau réinvestissait les 90 millions d’euros dans l’immobilier au Maroc. Lors des perquisitions, ils ont également saisi 37 kilos de cannabis, 5 kilos de cocaïne, deux fusils de chasse et un pistolet automatique. 2018 marquera le début de cette affaire baptisée «  Cash Collect  » par les enquêteurs. Les gendarmes lyonnais ont découvert «  qu’une flotte d’une quinzaine de poids lourds immatriculés au Maroc servait au transport de marchandises mais aussi de l’argent sale de trafiquants de drogue connus des services  ».

«  L’argent était dans des cabas de supermarchés, bien empaqueté en liasses avec un carnet de compte dans la cabine du conducteur, sans cache  », explique le colonel Laurent Lesaffre, commandant de la SR de Lyon. «  Si la remise d’argent se déroulait en général en dix minutes, certains camions faisaient parfois des pauses de 24h sur les sites de collecte ce qui est étonnant pour quelqu’un qui transporte des marchandises  », relève le colonel, ajoutant que les enquêteurs ont interpellé, en septembre 2019 au péage du Boulou, un conducteur avec «  plus de deux millions d’euros en liquide dans des sacs posés dans son coffre  ».

Sujets associés : Espagne - Lyon - Drogues - Montpellier - Trafic - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Démantèlement d’un vaste réseau de recel opérant entre la France et le Maroc

La police parisienne a réussi à démanteler un vaste réseau de recel qui écoulait depuis plusieurs années des objets volés au quotidien sur le marché marocain.

Un vaste réseau de trafic de drogue opérant entre l’Espagne et la France démantelé

La Garde civile espagnole, en coordination avec la Gendarmerie nationale française, a réussi à démanteler, jeudi 26 décembre, une organisation criminelle de trafic de drogue....

France : ils blanchissaient les bénéfices des escroqueries au Maroc

Depuis la France, une famille marocaine établie à Orléans et un Turc basé en Seine-Saint-Denis, chef d’un réseau spécialisé dans la vente de parfums contrefaits sur internet,...

Un vaste réseau de blanchiment d’argent opérant entre le Maghreb et la France démantelé

Cinq hommes ont été mis en examen à Marseille, vendredi, dans le cadre d’une vaste affaire de blanchiment en bande organisée entre le Maghreb et la France pour une somme évaluée...

Ces articles devraient vous intéresser :

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...