Comment des trafiquants ont blanchi des millions d’euros au Maroc

16 février 2021 - 20h40 - France - Ecrit par : S.A

Le procès des membres du réseau de blanchiment d’argent franco-serbe qui envoyaient de l’argent au Maroc et dans d’autres pays s’est ouvert à Rennes mercredi dernier et se poursuit jusqu’au jeudi 18 février. Les prévenus encourent des peines pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

L’affaire remonte au 15 juin 2017. Les forces de l’ordre avaient interpellé deux Libanais résidant en Allemagne à bord d’une Audi A6 qui transportait un million d’euros en coupures. La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy est saisie de l’affaire, avec une suspicion de blanchiment de fonds provenant de trafic international de stupéfiants, rapporte Le Télégramme.

Le véhicule a effectué cinq trajets en France. Un clan de Libanais est impliqué dans cette affaire. La Drug Enforcement Administration (DEA), les stups américains, ont réussi à les traquer. Ces suspects étaient sur le point de faire passer deux millions d’euros par un réseau français. Un Nantais est suspecté. Les gendarmes de la Section de recherches (SR) d’Angers sont chargés de mener une enquête ouverte par la JIRS de Rennes. Le Nantais a plus tard été lavé de tout soupçon. Mais les enquêteurs ont pu démanteler un réseau de blanchiment de fonds franco-serbe installé en Seine-Saint-Denis. Les «  donneurs d’affaires  » sont d’origine mauritanienne. Ceux qui ont recours à leurs services sont entre autres des trafiquants de stupéfiants, des chefs d’entreprise, des dirigeants de société et des commerçants.

Dans la foulée, un homme est soupçonné d’avoir organisé un trafic de cocaïne entre la France et l’Australie. Selon les enquêteurs, la drogue serait achetée aux Pays-Bas et dissimulée dans des boîtes de conserve vides achetées en toute discrétion en Corrèze (ainsi qu’une sertisseuse), et envoyées par colis à une amie résidant en Australie. «  Ce dossier repose sur un tissu de suppositions. Aucun billet marqué et aucune drogue n’a été saisie chez mon client et ses proches  », s’emporte l’avocate de ce prévenu, May Vogelhut. Elle entend plaider la relaxe.

Le réseau a blanchi près de 10 millions d’euros en trois à quatre mois pour une soixantaine de clients, et prélevé une commission allant de 18 % à 30 % selon les pays de destination des fonds (Dubaï, Maroc, Libye…). En tout, plus de 500 000 euros de commissions touchées. Le réseau a par ailleurs dupé certains entrepreneurs et commerçants en leur refilant des faux billets de 500, 200 et 100 euros. Après le démantèlement de ce réseau, 11 prévenus sont poursuivis pour blanchiment d’argent en bande organisée (ou en lien avec la détention, transport, offre ou cession de produits stupéfiants) au transport, mise en circulation et détention de fausse monnaie.

Sujets associés : France - Liban - Prison - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Interpellations massives pour blanchiment d’argent et fraude entre la France et le Maroc

Une enquête sur la fraude et le blanchiment d’argent sale entre la France et le Maroc s’est soldée par l’interpellation d’une quarantaine de suspects à Sète et à Frontignan.

France : des Marocains impliqués dans un vaste réseau de blanchiment d’argent

Des Marocains, Congolais, Sénégalais et Pakistanais ont écopé de différentes peines de prison pour leur implication dans une vaste affaire de blanchiment d’argent. Également...

Marrakech, paradis du blanchiment d’argent ? La police enquête

La brigade financière de la sûreté régionale de Marrakech mène une enquête sur une gigantesque affaire de blanchiment d’importantes sommes d’argent. Un réseau actif dans la...

Un vaste réseau de blanchiment d’argent opérant entre le Maghreb et la France démantelé

Cinq hommes ont été mis en examen à Marseille, vendredi, dans le cadre d’une vaste affaire de blanchiment en bande organisée entre le Maghreb et la France pour une somme évaluée...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Maroc : des barons de la drogue profitent de la légalisation de la culture du cannabis

La récente légalisation de la culture du cannabis à usage thérapeutique au Maroc serait déjà source de malaise. Des observateurs alertent sur la survie de la filière, évoquant des craintes de blanchiment d’argent par des barons de la drogue.

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...