Les tribulations d’un médecin suisse au Maroc

27 juin 2022 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Depuis 2000 qu’il s’est installé dans la région de M’hamid El Ghizlane, dans le sud marocain, près de la frontière avec l’Algérie pour y développer un tourisme écologique, le chirugien maroco-suisse Labbas Sbaï connaît une succession d’événements malheureux. Emprisonné à plusieurs reprises, maltraité, il est sorti de prison le 20 juin dernier.

En choisissant de revenir au Maroc pour s’établir à M’hamid El Ghizlane, une région déshéritée depuis la fermeture de la frontière entre les deux pays en proie aux trafics en tout genre (cigarettes, drogues, chameaux…), docteur Labbas Sbaï était à mille lieues d’imaginer ce qui l’attendait. Il y crée une réserve naturelle pour accueillir des gazelles, des fennecs, des perdrix du désert, et même des chacals, « à condition qu’ils ne s’attaquent pas aux chèvres ». Son objectif est de faire renaître l’oasis d’Oum Lâalag, appartenant à sa famille, situé à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest M’hamid El Ghizlane. « Dans les années soixante-dix, le lac Iriki, long de trente kilomètres et large de vingt s’est asséché en quelques mois. Les oiseaux migrateurs ont disparu », avait-il raconté à Mondafrique.

À lire : La mésaventure d’une Marocaine à l’Aéroport de Barcelone

Son malheur, c’est d’afficher son opposition « aux multiples trafics qui prospèrent » dans la région « avec la bénédiction des autorités locales, des élus, du caïd et du procureur ». Il sera arrêté en 2006, puis condamné à six mois de prison, pour « outrage à magistrat » et « désordre dans un lieu public », avant d’être libéré sous la pression de la population. Labbas Sbaï a été de nouveau arrêté en 2010. Après sa sortie de prison, il préside un comité de vigilance des nomades de la région qui vise à dénoncer les expropriations de terres au détriment de certaines tribus et les vols de chameaux. Il sera arrêté. Jugé le 26 mai 2022 pour “outrage”, il a été condamné à deux mois de prison ferme.

À lire : Corée du Sud : conditions inhumaines d’un détenu marocain, les explications des autorités

Son nouveau séjour en prison ne sera pas du tout aisé. « On m’a frappé, on m’a frappé, j’ai perdu connaissance deux fois… Ici c’est Guantanamo, ici c’est Abou Ghraib…", a confié Dr Sbaï à son frère Ibrahim. Ali Sbaï, un autre de ses frères, ancien haut fonctionnaire à Genève rentre au Maroc pour s’enquérir de la situation. Lors des échanges qu’il a eus avec le directeur de la prison le 31 mai, celui-ci que reconnaît que le chirurgien a bien reçu des coups, « mais involontaires, dans un malentendu avec un gardien […] On a examiné l’incident et on en a conclu que ça ne nécessitait pas une poursuite… ».

À lire : Des Colombiens en prison au Maroc affirment être « battus et torturés »

Quelques jours plus tard, la santé du détenu s’est dégradé. Grâce à une intervention des autorités de Rabat, ce membre d’une grande famille sahraouie amie du roi Mohammed V a été libéré de prison lundi 20 juin. « Il est très faible. Nous allons le transporter dans un hôpital à Marrakech pour qu’il soit enfin soigné », confie au même média Ali Sbaï, le frère de Labbas.

Sujets associés : Algérie - Prison - Violences et agressions

Aller plus loin

Des Colombiens en prison au Maroc affirment être « battus et torturés »

Harold Barona, un Colombien originaire de la municipalité de Puerto Escondido, et ses compatriotes Nelson et Jair, ont été arrêtés par la police marocaine à leur arrivée à...

Corée du Sud : conditions inhumaines d’un détenu marocain, les explications des autorités

Les autorités coréennes ont tenté de justifier le traitement dégradant infligé à un Marocain retenu dans un centre de détention pour migrants de Hwaseong à la suite de la...

La mésaventure d’une Marocaine à l’Aéroport de Barcelone

La mésaventure de Maha Tazi, racontée sur son compte Facebook, fait jaser. Jeune professeure et chercheure à l’université Concordia de Montréal, cette Marocaine détaille comment...

Une influenceuse droguée et violée lors d’un voyage au Maroc

Dounia, une influenceuse belge dit avoir vécu les pires jours de sa vie lors d’un voyage au Maroc où elle affirme avoir été droguée et violée dans une villa. Elle a porté...

Ces articles devraient vous intéresser :

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.