Les villes où les loyers sont les moins et plus chers au Maroc

31 août 2022 - 21h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le prix d’une location varie au Maroc en fonction du type de logement, mais également de la ville dans laquelle il se situe. Où sont les loyers les plus bas et les plus chers ?

Le tensiomètre locatif de Mubawab présente les villes où les loyers sont moins et plus chers au deuxième trimestre. Dans le segment des appartements proposés vides à la location, Azzemour (1 600 DH), Settat (1700 DH) et Tétouan (1800 DH) sont les villes où les loyers sont les moins chers, rapporte Aujourd’hui le Maroc. À l’inverse, Rabat (9 500 DH), Casablanca (7 800 DH) et Marrakech (6 200 DH) sont les villes où les loyers sont plus chers. En moyenne, un appartement vide se loue à 7 250 DH/mois.

À lire : Location au Maroc : les prix en légère baisse

Dans le segment des villas, les villas les moins chères sont à Tétouan (8 500 DH), Meknès (9 300 DH) et Agadir (10 900 DH). Quant aux villes les plus chères, elles se trouvent à Casablanca (34 400 DH), à Bouskoura (31 500 DH) et à Rabat (30 200 DH). En moyenne, une villa se loue à 22 200 DH/mois. Le prix de location au deuxième trimestre est en hausse de 9 % par rapport au premier trimestre et de 10 % comparé à l’année précédente, précise le tensiomètre locatif de Mubawab.

À lire : Les prix des loyers des appartements meublés flambent à Agadir


La plateforme note par ailleurs une hausse de la demande (36 % au deuxième trimestre 2022). La demande avait enregistré une baisse au premier trimestre (−13,7 %). « Cette hausse s’est, en revanche, accompagnée d’une chute de l’offre de 5,5 % après la hausse observée de 4,9 % durant le premier trimestre 2022 », nuance-t-on.

Sujets associés : Immobilier - Prix

Aller plus loin

Vacances au Maroc : engouement pour la location saisonnière

Après plusieurs mois de confinement et de restrictions liées au Covid-19, les hôteliers commencent à noter un engouement au niveau de la demande des biens locatifs. L’intérêt...

Location au Maroc : les prix en légère baisse

Le marché de la location au Maroc a présenté des signes de lente reprise. Des disparités subsistent toutefois selon les villes.

9800 euros pour le loyer de Badr Hari à Amsterdam

Badr Hari réside depuis la naissance de ses jumeaux, Nora et Ayden, aux Pays-Bas. Le kick-boxeur, qui vivait depuis plusieurs années au Maroc, aurait loué la maison de l’actrice...

Les prix des loyers des appartements meublés flambent à Agadir

Les prix des loyers des appartements meublés ont flambé à Agadir à cause de la ruée des fêtards, et ce, après l’interdiction d’organiser des festivités de fin d’année dans les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Crédit immobilier : la hausse des taux s’accélère au Maroc

L’inflation touche de plus en plus les Marocains. Et les crédits immobiliers ne sont pas épargnés. Ces derniers devraient en effet connaitre une hausse au 4ᵉ trimestre de l’année, selon les professionnels. Qu’est-ce qui explique cette prévision ?

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Location au Maroc : une hausse générale des prix

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Immobilier : des exonérations en faveur des futurs propriétaires ?

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch étudie sérieusement la possibilité d’encourager les futurs propriétaires, en remplaçant les exonérations fiscales en faveur des promoteurs immobiliers, par une aide financière directe aux familles.

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Achat de logement au Maroc : les notaires baissent les prix

Les notaires vont accompagner et soutenir les citoyens à travers tout le Maroc, tout au long du processus d’octroi de l’aide directe au logement (2024-2028). Une convention a été signée dans ce sens.

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.