Visa Schengen : les exportateurs marocains pris au piège

14 août 2023 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

La fin de la crise de visas n’est pas pour demain. Elle continue de constituer un obstacle majeur pour les exportateurs marocains qui souhaitent voyager en Europe pour participer à des événements commerciaux B2B et de réseautage.

Après les routiers marocains, c’est au tour des cadres (exportateurs) marocains de faire face à la difficulté d’obtenir des visas pour voyager en Europe. Ils sont incapables d’obtenir un rendez-vous pour soumettre leur demande de visa. Des intermédiaires illégaux ont refait surface en ligne, opérant les services consulaires 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, rapportent plusieurs médias marocains, ainsi que des médias spécialisés dans le suivi de l’espace Schengen, faisant savoir qu’ils réservent et revendent des rendez-vous à des prix exorbitants sur le marché noir. Ces intermédiaires profitent ainsi d’une pénurie existante de rendez-vous, exacerbée pendant la période estivale par l’afflux de touristes et d’étudiants cherchant à obtenir des visas mais aussi du contexte diplomatique tendu entre le Maroc et la France.

À lire : Visa Schengen au Maroc : les intermédiaires font la loi

Par conséquent, la difficulté, voire l’impossibilité, de prendre rendez-vous pour obtenir le visa constitue un frein pour la participation des professionnels marocains à des événements commerciaux B2B et de réseautage, notamment des expositions agricoles majeures telles que la prochaine édition de Fruit Attraction qui se tiendra à Madrid au début d’octobre, rapporte Fresh Plaza. « Cette année, nous ne pouvons pas participer à Fruit Attraction à Madrid en raison de l’externalisation chaotique des services consulaires. Obtenir un rendez-vous pour demander un visa est quasiment impossible. Nous avons tout simplement renoncé à participer à l’événement, ce qui est très pénalisant étant donné que la plupart de nos affaires se font avec des clients européens », se plaint un exportateur de produits frais basé dans le nord du Maroc.

À lire :Maroc : les intermédiaires illégaux, un fléau pour l’obtention des visas Schengen

« Mon visa a expiré juste avant la période estivale. Pour la première fois depuis le début de mon activité, je vais rater Fruit Attraction, et c’est également le cas pour de nombreux autres exportateurs dont les visas ont expiré. Les exposants bénéficient de procédures spéciales via les organisateurs ou les chambres de commerce, mais ce n’est pas le cas pour tous les visiteurs de l’exposition. J’ai choisi de ne pas céder au chantage des intermédiaires illégaux et de ne pas solliciter d’interventions qui ne devraient pas être nécessaires pour un service aussi basique », témoigne autre exportateur de produits frais, basé dans le centre du Maroc.

Sujets associés : Exportations - Visa Schengen

Aller plus loin

Visas Schengen : une élue tangéroise en plein scandale

Arrêtée, puis placée en détention préventive à la prison féminine d’Assilah pour son implication présumée dans une affaire de fraude concernant les visas Schengen, une...

Maroc : le gouvernement vole à nouveau au secours des transporteurs routiers

Face à la cherté du prix du carburant, le gouvernement marocain a décidé d’octroyer une nouvelle tranche de la subvention qui permet aux transporteurs routiers de faire face à...

Visa Schengen au Maroc : les intermédiaires font la loi

Les Marocains continuent de subir la loi des intermédiaires dans le processus de prise de rendez-vous pour la demande de visa Schengen.

Visas Schengen : les Marocains paieront plus cher

Les Marocains, demandeurs de visas Schengen, devraient débourser plus d’argent pour les obtenir. La Commission européenne envisage de revoir à la hausse les frais de visas à 90...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc profite grandement de la forte augmentation des ventes de phosphate

À fin août dernier, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont fortement augmenté, atteignant 7,89 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de 67,7% par rapport à un an auparavant.

Maroc : bond spectaculaire des exportations automobiles

Au Maroc, les exportations du secteur automobile ont atteint plus de 141,76 milliards de dirhams à fin décembre 2023, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à l’année précédente.

Maroc : boom des exportations automobiles à fin novembre 2023

Les exportations de voitures ont augmenté de 30,2 % à fin novembre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant plus de 130,64 milliards de dirhams (MMDH).

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Les Marocains du monde ont envoyé 93,7 MMDH en 2021

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au titre de 2021 ont connu une hausse de 37,5 % par rapport à 2020, d’après le rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière de Bank Al-Maghrib (BAM).

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Tomate marocaine : vers une hausse des exportations en Europe ?

La tomate marocaine pourrait profiter de la crise agricole qu’entrevoit l’Europe cette année. Un rapport de la commission prévoit une baisse de la production et de la consommation, les importations devant par conséquent augmenter.