Du nouveau dans l’affaire Brahim Saadoun

28 juin 2022 - 10h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc est autorisé à communiquer avec le combattant marocain pro-Ukraine Brahim Saadoun condamné à mort le 9 juin en compagnie de deux Britanniques par la justice des autorités séparatistes de Donetsk.

Selon un haut responsable de la république populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), des séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine ont autorisé le Maroc à s’entretenir avec le combattant marocain de 21 ans Brahim Saadoun condamné à mort pour avoir combattu aux côtés de l’armée ukrainienne, rapporte l’agence de presse russe RIA Novosti.

À lire : Mobilisation des avocats marocains pour sauver Brahim Saadoun

Depuis le 9 juin, les réactions à la condamnation à la peine capitale de Brahim Saadoun se sont multipliées. « Nous sommes gravement préoccupés par les informations faisant état d’un “procès” fictif et de ses jugements contre des combattants légitimes servant les forces armées ukrainiennes », avait réagi le secrétaire d’État américain Antony Blinken dans un message sur son compte Twitter. De son côté, l’ambassade du Maroc avait déclaré que l’étudiant marocain s’est « enrôlé dans l’armée ukrainienne de sa propre volonté » et confirmé qu’il disposait de la nationalité ukrainienne, en plus de la marocaine.

À lire : Appel pour sauver le combattant marocain pro-Ukraine condamné à mort

En seulement quelques jours, les appels à la suspension de l’exécution de la peine de mort se sont multipliés. L’Association de l’amitié maroco-russe et le Comité marocain pour la paix et la solidarité ont adressé une correspondance au président de la Russie Vladimir Poutine pour lui demander d’intervenir. L’Association marocaine des droits humains (AMDH) a, elle, mandaté des avocats pour suivre le procès en appel de Brahim Saadoun à Donetsk.

À lire : Affaire Brahim Saadoun : le président de la Douma veut la peine de mort

Lundi, Taher Saadoun, père de Brahim a, lors d’une conférence de presse, appelé le gouvernement marocain à intervenir « pour sauver son fils ». Y a-t-il une lueur d’espoir après l’autorisation accordée au Maroc pour communiquer avec le combattant pro-Ukraine ?

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Ukraine - Brahim Saadoun

Aller plus loin

Ukraine : le Marocain Brahim Saadoun condamné à mort par les séparatistes

Partir combattre pour Kiev, le jeune marocain Brahim Saadoun ainsi que deux Britanniques ont été faits prisonniers et condamnés à mort ce jeudi.

L’avocate de Brahim Saadoun interjette appel

L’avocate du combattant marocain pro-Ukraine Brahim Saadoun condamné à mort par la justice des autorités séparatistes de Donetsk a décidé de faire appel de la décision de la...

Mobilisation des avocats marocains pour sauver Brahim Saadoun

Un collectif d’avocats marocains se mobilise pour se rendre à Donetsk, afin de suivre le procès en appel de Brahim Saadoun, condamné à mort le 9 juin dernier par les...

Plaidoyer auprès de Poutine pour la non-exécution de la condamnation à mort d’un Marocain

Au Maroc, deux ONG ont adressé une correspondance au président de la Russie Vladimir Poutine pour lui demander d’intervenir en faveur de la suspension de l’exécution de la peine...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.