Affaire Ghali : le Maroc renonce aux poursuites judiciaires contre les autorités espagnoles

27 mars 2022 - 23h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Maroc a décidé de mettre fin à l’action judiciaire en cours contre les autorités espagnoles, notamment contre Camilo Villarino, l’ancien directeur de cabinet de l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, soupçonné d’avoir coordonné l’entrée en Espagne de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario.

La décision du Maroc d’éteindre cette action en justice intervient après le changement de position de l’Espagne sur le Sahara qui a sonné la fin de la longue et grave crise diplomatique entre les deux pays. Il y a quelques jours, le juge en charge de l’affaire Ghali, Rafael Lasala, avait décidé de ne pas maintenir sous enquête Camilo Villarino, qui n’est plus soupçonné de délits de dissimulation de documents et de prévarication, rappelle El Periódico de España.

À lire : Le juge veut connaître l’identité du « civil » qui a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Cette enquête a été ouverte après que l’avocat Antonio Urdiales a déposé une plainte au nom d’une famille marocaine qui aurait subi un préjudice personnel en raison de la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc provoquée par l’arrivée de Ghali. Une autre plainte a été déposée par Mohamed Rachad Andaloussi Ouriaghli, un homme d’affaires marocain résidant en Espagne et très proche du gouvernement marocain. Selon des sources bien informées, ce dernier lorgne la présidence de la Chambre de commerce marocaine en Espagne.

À lire : Affaire Ghali : le juge maintient Arancha Gonzalez Laya sous enquête

Depuis le changement de position de l’Espagne sur le Sahara, ces requérants marocains ont renoncé à faire appel de la décision du juge Lasala de ne pas poursuivre Villarino, éteignant de fait les poursuites contre le ministère espagnol des Affaires étrangères qu’ils ont accusé pendant des mois d’avoir coordonné l’entrée « illégale » de Ghali en Espagne, alors que deux informations judiciaires étaient ouvertes contre le leader sahraoui à Madrid.

Selon des sources proches des deux accusations, celles-ci n’ont pas senti le besoin de faire appel parce qu’ils considèrent le dossier clos dès l’instant que le juge Lasala a indiqué dans sa dernière décision que le chef de l’Exécutif, Pedro Sanchez, est le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne, vu que plusieurs ministères ont participé à cette action commune.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Pedro Sanchez est « le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne »

Le parquet fait appel de la décision du juge en charge de l’affaire Ghali de maintenir sous enquête l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya et pas son...

Affaire Ghali : nouvelle comparution de Camilo Villarino

L’ancien chef de cabinet du ministère espagnol des Affaires étrangères, Camilo Villarino, comparaîtra ce lundi devant le juge en charge de l’affaire Brahim Ghali. Selon le haut...

Affaire Ghali : le juge maintient Arancha Gonzalez Laya sous enquête

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, en charge de l’affaire Ghali, a décidé de ne pas clore la procédure contre l’ancienne ministre des Affaires étrangères,...

Le juge veut connaître l’identité du « civil » qui a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le juge en charge de l’affaire Brahim Ghali, Rafael Lasala, vient d’ordonner à la police d’enquêter sur l’identité du responsable qui a coordonné l’entrée du leader du Front...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.