Des agriculteurs marocains de plus en plus intéressés par le Bio

11 septembre 2022 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les agriculteurs passent de plus en plus de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique. Un choix qui s’explique et pas seulement économiquement.

« Elle (l’agriculture biologique, ndlr) s’est développée au Maroc de 4 000 hectares en 2010 à 12 000 hectares aujourd’hui (dernières données de 2019, NDLR), et en termes de production nous avons atteint 120 000 tonnes, 21 000 tonnes sont destinées à l’exportation et le reste est commercialisé sur le marché local. Il faut aussi noter qu’il y a une volonté politique importante dans ce sens et en ce qui concerne le développement de la production biologique », résume à Africanews Chibane Allal, expert indépendant en agriculture biologique.

À lire : Le Maroc donne un coup de pouce à l’agriculture jamaïcaine

L’ancienne sociologue devenue agricultrice biologique Fattouma Benabdenbi Djerrari, propriétaire de l’éco-ferme Jnane Lakbir située à 20 km à l’ouest de Casablanca aide d’autres agriculteurs à passer de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique. « 70 % de l’agriculture c’est des petits agriculteurs qui ont moins de cinq hectares, ça veut dire qu’on peut beaucoup les soutenir pour aller développer cette agriculture, il y a des gens pour le faire, il y a déjà un savoir-faire qu’il faut simplement réajuster, actualiser et corriger si nécessaire pour une agriculture durable, en tout cas toute l’Afrique doit aller vers une agriculture durable biologique », a-t-elle déclaré.

À lire : L’agriculture biologique en plein essor au Maroc

Pourquoi opter pour l’agriculture biologique ? « J’ai choisi l’agriculture biologique pour plusieurs raisons dont celle d’offrir au consommateur un produit propre. Et je n’utilise plus de produits chimiques et d’engrais, c’est pourquoi je préfère l’agriculture biologique » a expliqué l’agriculteur bio, Abdellah Laali. La transition de l’agriculture conventionnelle à l’agriculture biologique prend trois à quatre ans avant que les premiers produits puissent être qualifiés de biologiques, est-il précisé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Vidéos

Aller plus loin

Une MRE veut révolutionner l’agriculture à Dubaï

Ghita Bahmad, une Maroco-québécoise de 33 ans, ingénieur alimentaire, veut révolutionner l’agriculture à Dubaï avec une technique de culture hors-sol utilisée au Canada pour la...

Le bio gagne du terrain dans l’agriculture marocaine

Depuis quelques années, l’agriculture biologique fait l’objet d’une demande de plus en plus croissante de la part des consommateurs marocains et étrangers. De quoi présager un...

L’Espagnol Daifressh veut développer sa production de baies au Maroc

Le groupe espagnol Daifressh, spécialiste des baies et des agrumes, va augmenter sa production au Maroc, où il dispose désormais de 140 hectares supplémentaires.

Agriculture : le Maroc part à la conquête du marché anglais

Le Maroc veut conquérir le marché anglais. Dans ce sens, il a lancé sa première campagne d’exportation de denrées alimentaires et de boissons au Royaume-Uni.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du Haut-commissariat au Plan (HCP).

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.