Maroc : un maire poursuivi pour « désobéissance civile »

9 avril 2021 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : J.D

Le procureur du Roi près le tribunal de première instance d’Al Hoceima a indiqué, jeudi, que le Parquet général a décidé d’ouvrir une enquête suite à la publication sur les réseaux sociaux d’un message appelant à violer le couvre-feu durant ce mois de Ramadan.

La décision du procureur du Roi a été motivée par la publication sur les réseaux sociaux d’un message incitant au non-respect des décisions adoptées par les autorités publiques pour contrer la propagation du Covid-19 durant le mois sacré du Ramadan.

Dans la publication incriminée, l’auteur a invité la population de la commune rurale d’Al Hoceima à circuler et fréquenter les cafés et les restaurants entre l’heure de l’Iftar et 23 heures durant le mois de Ramadan, ceci, en violation avec la mesure de couvre-feu arrêtée au niveau national, entre 20 heures et 06 heures.

Soulignant que cette attitude qui consiste à inciter autrui au non-respect des décisions des autorités publiques va à l’encontre des lois en vigueur dans le Royaume, le procureur du Roi, a confié qu’une enquête diligentée par le Parquet général d’Al Hoceima et menée par le Centre judiciaire de la Gendarmerie royale d’Al Hoceima va permettre de tirer les conséquences juridiques de l’acte une fois l’enquête terminée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Al Hoceima - Ministère de la Justice et des Libertés - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Tanger : des cafés clandestins passent outre le couvre-feu

Plusieurs dizaines de personnes ont été interpelées cette semaine à Tanger, dans deux cafés ouverts au-delà de 20 heures, heure légale du couvre-feu en vigueur durant le mois...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé d’un mois

Le Conseil de gouvernement, réuni ce jeudi à Rabat, a décidé du maintien de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 10 mai 2021. Cette décision...

Casablanca : 27 interpellations pour violation de l’état d’urgence sanitaire et destruction de biens

27 personnes dont 7 mineurs ont été arrêtées lundi soir par les éléments de la police de Casablanca pour non respect de l’état d’urgence sanitaire. Ils sont également accusés...

Une quarantaine de clients d’un « café clandestin » arrêtés à Marrakech

Une quarantaine de personnes, principalement des jeunes et un gérant de café, ont été interpelés mercredi soir et conduits au commissariat pour violation de l’état d’urgence à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.