Face à l’appel à l’aide des restaurateurs, le gouvernement contraint de réagir

29 avril 2021 - 18h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Depuis le début de la pandémie du Covid-19 et surtout suite aux récentes mesures préventives imposées pour le mois de Ramadan, les propriétaires et les salariés des cafés et restaurants broient du noir. Une situation qui préoccupe les députés et face à laquelle le gouvernement envisage de prendre des mesures urgentes.

Il y a quelques jours, le gouvernement était s’est dit disposé à alléger les mesures restrictives dans le royaume. Mais cela n’a pas eu lieu en raison de la recrudescence des contaminations enregistrée à quelques jours du mois de Ramadan, obligeant le gouvernement à resserrer les mesures préventives, a indiqué le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, lors d’une séance hebdomadaire de la Chambre des conseillers tenue en présence des représentants du monde des affaires, informe L’Economiste. Ces mesures ont aggravé la situation des cafés et restaurants, a indiqué un député de l’Istiqlal, reprochant au gouvernement de n’avoir pas mis en place un plan d’aide aux personnes touchées par ces mesures, surtout les cafés et restaurants restés fermés 24 h/24.

Le règlement de ce problème n’est pas aisé, a déclaré le ministre, soulignant que 80 % de ces structures exercent dans l’informel. Au même moment, 80 % de leurs salariés ne sont pas déclarés à la CNSS. Or, jusqu’à présent, les bénéficiaires de l’indemnité forfaitaire Covid-19 de 2000 DH, sont des personnes déclarées à la CNSS. Ainsi, il est compliqué d’identifier la population à aider dans ce secteur en évitant les fraudes. Toutefois, une étude est prévue pour identifier les personnes concernées pour leur apporter une aide. D’ici la fin du mois de Ramadan, le plan d’aide pourrait être mis en exécution.

Bien que la crise de ce secteur date de bien longtemps et complique davantage les choses, cette décision « prouve que le gouvernement est disposé à aider tous les opérateurs du commerce pendant la période du jeûne pour surmonter l’épreuve de la pandémie ». Dans ce sens, « nous allons aider ce secteur à surmonter cette mauvaise conjoncture. Mais un secteur informel de cette taille ne peut plus continuer comme cela. Nous devons absolument trouver une solution pour sa mise à niveau dès la fin de la pandémie », a martelé le ministre.

Sujets associés : Emploi - Restauration - Chômage - Alerte - Loisirs

Aller plus loin

Cafés et restaurants : le gouvernement promet un soutien aux professionnels du secteur

Les autorités marocaines ont annoncé sans grande précision, un appui au profit du secteur des cafés et restaurants engagé dans un mouvement de débrayage dès vendredi sur toute...

Tanger : des cafés clandestins passent outre le couvre-feu

Plusieurs dizaines de personnes ont été interpelées cette semaine à Tanger, dans deux cafés ouverts au-delà de 20 heures, heure légale du couvre-feu en vigueur durant le mois...

À bout de souffle, les cafetiers et restaurateurs réclament leur «  plan de sauvetage  »

Depuis le début de la pandémie du coronavirus au Maroc, les revenus des cafés et restaurants ont chuté de 60 % tandis que 25 % d’entreprises du secteur ont été contraints de...

Maroc : grève annoncée dans les cafés et restaurants

À l’initiative de leur fédération, les cafetiers et restaurateurs du Maroc vont entamer vendredi 9 avril prochain, une grève nationale pour, disent-ils, dénoncer le « refus du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Maroc : légère baisse du taux de chômage à fin juin

Le taux de chômage au Maroc a baissé de 0,4 point à fin juin au niveau national, selon la ministre de l’Économie et des finances.

Maroc : ces cafetiers, ces profiteurs !

Bon nombre de Marocains sont mécontents des propriétaires de cafés qui pratiquent des tarifs exorbitants des boissons, et plutôt de la « place » pendant les matchs de l’équipe nationale marocaine à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN Côte d’Ivoire 2024).

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux parties.

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.