Norme « Euro 6 » : le patronat marocain demande un moratoire à l’Europe

26 août 2022 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Dans une demande formulée depuis juillet, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) demande du temps avant la mise en application de la norme antipollution dénommée « Euro 6 » déjà en vigueur en Europe et qui sera appliquée à partir de janvier 2023 aux transporteurs marocains.

La norme « Euro 6 » fait partie des alternatives trouvées pour lutter contre la pollution de l’environnement, réduire les émissions de gaz toxiques émises par les véhicules, surtout les poids-lourds. Ainsi, l’ « Euro 6 » vise à lutter contre le monoxyde de carbone, l’oxyde d’azote, les hydrocarbures imbrûlés, et les particules. C’est dans le cadre de la mise en application de cette mesure, que la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a écrit au département du Transport marocain, pour demander un délai de 30 mois.

À lire : TIR : Le Maroc préoccupé par la recherche d’autres moyens de transport des flux vers l’UE

Elle justifie sa demande par le fait que les transporteurs marocains ne se sont toujours pas remis des conséquences de la crise sanitaire du Covid-19, sans compter avec l’instabilité économique actuelle qui a des répercussions sur tous les secteurs. Pour la CGEM, le respect de cette norme demande des charges supplémentaires et les circonstances actuelles ne permettent pas aux transporteurs marocains d’y faire face.

À lire : Les routiers marocains se plaignent de la "franchise carburant" imposée par l’Espagne

Pourtant, un importateur interrogé par Le Matin a souligné que pour sa part, la mise en application de cette norme ne posera aucun souci. « D’abord cette norme est connue depuis longtemps et de nombreux camions et autocars importés neufs au Maroc par les grandes marques européennes y répondent déjà. Le prix de ces camions est donc déjà intégré par le marché et cela n’aura pas un impact significatif. De plus, le changement de normes pour les véhicules neufs n’oblige pas les professionnels à changer de camion immédiatement, ils ne les changeront qu’à l’arrivée d’un terme d’usure ou de financement », a-t-il souligné.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Union européenne - Automobile - Environnement - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Aller plus loin

TIR : Le Maroc préoccupé par la recherche d’autres moyens de transport des flux vers l’UE

Les autorisations bilatérales estampillées « E », lors des opérations de transport entre le Maroc et l’Espagne ne cessent d’augmenter depuis l’entrée en vigueur du nouvel...

Les routiers marocains se plaignent de la "franchise carburant" imposée par l’Espagne

Les transporteurs marocains de marchandises dénoncent la « Franchise carburant ». Cette vieille mesure anti-concurrentielle impose des amendes aux camionneurs qui refusent de...

« Mobilize Duo », la petite Renault 100% électrique fabriquée au Maroc

Dans le cadre de la célébration du dixième anniversaire de l’usine Renault à Tanger, le groupe automobile a annoncé la production dès 2023, d’un modèle de véhicule électrique...

Maroc : désarroi des transporteurs de marchandises

La crise sanitaire n’a épargné aucun secteur d’activité au Maroc. Dans le secteur du transport de marchandise, les professionnels font part d’une forte baisse de leur activité...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Coup de frein à la voiture électrique, voici pourquoi

Le ministère marocain de l’Agriculture a décidé de surseoir à son projet d’acquisition de véhicules électriques en raison de l’insuffisance de bornes de recharge dans le royaume.

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Maroc : mise en garde contre les constructions illégales

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté des clarifications au sujet des démolitions dans les zones côtières.

Neo Motors, la nouvelle voiture 100% marocaine, est en vente

C’est désormais effectif. Neo Motors, le premier constructeur automobile à capital marocain, a donné le coup d’envoi de la commercialisation de ses premiers véhicules « made in Morocco ».

Le Maroc, nouvel eldorado des batteries de voiture électrique ?

Le Maroc se donne les moyens pour devenir le prochain hub pour la batterie électrique. Il mise également sur l’expertise de Rachid Yazami, le scientifique marocain qui a inventé l’anode graphite pour les batteries lithium-ion.

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Maroc : les plages à éviter cet été

Le ministère de la Transition énergétique et du développement durable a récemment publié la liste des plages classées non conformes à la baignade pour la saison estivale qui s’annonce. En tout, 22 plages dont celle de Salé, très fréquentée par les...

Neo Motors dévoilée : à quel prix sera-t-elle vendue ?

Après plusieurs mois de suspens et de promesses de lancement, la nouvelle voiture « 100 % marocaine » a finalement a été dévoilée devant le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat. Destinée d’abord aux Marocains avant d’envisager son exportation, «...

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Maroc : 100 milliards de dirhams d’exportations automobiles cette année

Le secteur automobile marocain devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires record de 100 milliards de dirhams en termes d’exportation de véhicules, a annoncé mardi Ryad Mezzour, le ministre de l’Industrie et du commerce.