Recherche

Ils avaient investi dans l’immobilier au Maroc et se sont fait arnaquer

3 avril 2017 - 12h20 - Economie

Huit ans après l’arrêt des travaux du « Paradise Beach and Golf Resort » à Tanger, les investisseurs ont à nouveau manifesté à Londres et demandé l’intervention du roi Mohammed VI.

Le 27 mars dernier, environ 200 investisseurs ont manifesté devant l’ambassade du Maroc pour exiger les 35 millions de livres sterling investis il y a une dizaine d’années dans ce projet porté par l’agence immobilière Prestige Properties, rapporte le site TelQuel.

Une lettre ouverte, accompagnée d’une pétition de 19 pages, a été directement adressée au roi Mohammed VI, explique Claire Panay qui fait partie du collectif des victimes, ajoute la même source. « C’est notre dixième année d’attente, on ne voit pas le bout de ce scandale immobilier », s’est-elle inquiétée, précisant que « les parlementaires anglais commencent à s’intéresser à la question, une cinquantaine se sont mis en contact avec l’ambassade et nous ont soutenu le jour de la manifestation ».

L’ex-gérant de la société Atlantic Beach Paradise Resort (ABPR), Larbi Tadlaoui, a été condamné le 22 septembre dernier à 20 mois de prison pour escroquerie et inexécution d’un contrat et devrait repasser bientôt en appel où il risque jusqu’à cinq ans de prison, fait savoir l’une de ses avocates françaises Elsa Arfi.

En tout, 915 millions de dirhams ont été investis dans ce projet qui devait être finalisé dans un délais de 36 mois mais les travaux sont à l’arrêt depuis 2007 et depuis plus rien. En cause, selon l’avocate de Larbi Tadlaoui, l’incapacité de l’Etat à créer des infrastructures car dès 2009, on s’est rendu compte que des travaux supplémentaires n’avaient pas été anticipés.

Un avis ? un commentaire?

Bladi.net

Bladi.net - 2017 - Archives - A Propos - Contact