Futur gouvernement au Maroc : les attentes des professionnels de l’immobilier

4 octobre 2021 - 08h40 - Economie - Ecrit par : A.P

Les acteurs de l’immobilier et du BTP attendent le prochain gouvernement sur de nombreux chantiers, notamment la relance du programme des logements sociaux et la mise en œuvre d’une série de réformes devant faciliter la reprise rapide et durable de l’activité après la crise sanitaire.

Pour les professionnels du secteur de l’immobilier et du BTP, un secteur durement touché par la crise sanitaire, le prochain gouvernement devra s’atteler à mettre en œuvre les réformes indispensables à la relance du secteur. Pour Anis Benjelloun, vice-président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), la priorité des priorités reste la relance, sous la même forme ou sous une autre, du programme de logements sociaux à 250 000 dirhams, lancé en 2010 par le gouvernement et qui a pris fin en décembre 2020.

« Aucune alternative n’a vu le jour depuis la fin du programme en décembre 2020, alors que la demande va se faire encore plus pressante dans les prochaines années, au vu des migrations vers les villes du littoral des populations rurales, avec le très sérieux risque du recours aux logements clandestins et aux bidonvilles », explique-t-il au site Le360.

À lire : Immobilier : Les attentes des professionnels pour une relance des activités

Le FNPI rappelle que les réformes nécessaires à la relance du secteur immobilier concernent la révision profonde du cadre juridique régissant le secteur, l’assouplissement des procédures administratives et l’instauration d’exemptions fiscales au profit des acquéreurs. « Nous demandons que le prochain gouvernement organise, soit une table ronde, soit des assises de l’immobilier, réunissant tous les intervenants administratifs (ministère de l’Habitat, de l’Intérieur, des Finances, la Direction générale des impôts, etc.) pour décider d’une nouvelle politique à suivre en matière d’Habitat », suggère Anis Benjelloun.

À lire : Maroc : de bonnes perspectives pour le secteur de l’immobilier

En ce qui concerne le choix du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme dans le futur gouvernement d’Aziz Akhannouch, les professionnels « souhaitent la nomination d’un responsable qui a une parfaite connaissance du secteur » et espèrent qu’il sera à la hauteur des attentes.

Le secteur de l’immobilier et du BTP contribue à 6,8 % du PIB, pour plus d’un million d’emplois cumulés, 27 % des recettes TVA, et 30 % du total de l’encours des crédits bancaires.

Sujets associés : Immobilier - PIB - Impôts - BTP

Aller plus loin

Le gouvernement de Akhannouch tient son premier conseil

Ce lundi, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a réuni le Conseil du gouvernement pour sa première session. Objectif : définir les grands axes du programme gouvernemental.

Immobilier : Les attentes des professionnels pour une relance des activités

L’immobilier peine toujours à se relancer malgré la reprise progressive des activités économiques. Le secteur continue de subir les conséquences de la crise tant sur l’activité...

Bond du marché immobilier au Maroc

Les transactions immobilières ont repris pour l’ensemble du secteur. Les derniers chiffres laissent apparaître une forte hausse de l’offre et la demande au troisième trimestre...

Immobilier : deux groupes marocains parmi les meilleurs dans le MENA

Deux groupes immobiliers marocains ont réussi à se hisser dans le dernier classement Forbes des meilleurs opérateurs dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA),...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

Aides au logement au Maroc : conditions et modalités d’octroi

La ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatim Ezzahra El Mansouri, a présenté vendredi, lors d’une conférence de presse au siège de son département, le processus à suivre par les...

Maroc : vers la fin du plafonnement de l’impôt sur le revenu à 20%

Conformément à l’article 3 de la loi n°69-19 portant réforme fiscale, le plafonnement de l’impôt sur le revenu (IR) à 20 % pour certaines entreprises se terminera dans deux ans.