Immobilier : Les attentes des professionnels pour une relance des activités

29 juin 2021 - 11h40 - Economie - Ecrit par : A.T

L’immobilier peine toujours à se relancer malgré la reprise progressive des activités économiques. Le secteur continue de subir les conséquences de la crise tant sur l’activité de la promotion immobilière que sur l’emploi. Pourtant, le Maroc connaît un déficit en logements. Les spécialistes dénoncent des goulots d’étranglement qui empêchent de répondre aux aspirations et aux demandes des populations.

Les demandes d’acquisition sont de retour, les prix à la location stagnent, les besoins des clients ont évolué, mais le flou persiste. C’est ce que relèvent des spécialistes du marché immobilier, contactés par Lavieeco

Selon eux, il existe toujours un climat d’attentisme et les acquéreurs ont besoin de visibilité. Les initiatives pour soutenir l’immobilier sont de plusieurs ordres et appellent à une volonté affichée du gouvernement.

Les promoteurs contactés soutiennent que rien n’est fait pour remettre le secteur sur les rails, si ce n’est la mesure de la réduction/annulation des droits d’enregistrement qui prendra fin au mois courant. Une mesure qu’ils saluent vivement puisque, selon eux, elle a permis de donner un souffle important à la dynamique d’acquisition.

« Si le gouvernement s’attelait à édicter des mesures fortes et concrètes, touchant directement l’acquéreur potentiel, le secteur aurait repris son dynamisme depuis un moment », estime un promoteur. L’on s’attend au retour à un calme plat, à partir du mois de juillet et ce, pour le reste de l’année au moins, souligne-t-il.

Selon les données, l’immobilier génère un million d’emplois dont une grande partie concerne une main-d’œuvre non qualifiée et généralement issue du monde rural. Il contribue à plus de 6 % du PIB et à 15 % au moins à l’ensemble de l’écosystème du bâtiment. De plus, 30 % de l’ensemble des crédits bancaires (280 milliards de dirhams) sont octroyés à l’activité immobilière.

Actuellement, le constat est tel que le déficit en logements est actuellement de 400 000 unités. Le programme de résorption des bidonvilles, qui a débuté en 2004, a permis le relogement de 270 000 foyers.

Afin de répondre à cette demande et de créer une dynamique économique, les spécialistes proposent une nouvelle réglementation urbanistique adaptée à la réalité du secteur. Tout ceci dans une large concertation avec les différents acteurs pour répondre aux aspirations des populations concernées par ces dispositifs en matière d’habitat, de cadre de vie, d’équipement, de transport, d’espaces verts et d’espaces de loisirs et de sports.

D’un tout autre côté, la complexité et les lourdeurs administratives avec de nombreux intervenants sont décriées par une grande majorité de professionnels depuis des décennies. Les retards engendrés nuisent à toute l’activité et génèrent des coûts estimés à plus de 5 milliards de DH annuellement. Un autre obstacle réside dans l’inexistence d’un code, d’un manuel ou d’un guide de construction, clairement établi qui puisse servir de référence et de base juridique aux instructions des dossiers.

A lire : Maroc : les promoteurs immobiliers espèrent profiter de l’été 2021

Par ailleurs, les professionnels décrient les taxes et droits générés et perçus par l’État lors d’une opération de construction et de vente d’un logement neuf et qui représentent 40 % HT de son prix. Toutes ces taxes sont supportées par l’acquéreur, qui est le consommateur final et dont le pouvoir d’achat est limité, lui rendant de plus en plus difficile l’accès à la propriété.

S’il y a une autre contrainte à régler, c’est bien la tarification des régies urbaines qui sont jugées opaques et exorbitantes. Cela, sans parler des équipements des réseaux d’eau potable, d’assainissement et d’électricité des nouvelles extensions urbaines, qui sont réalisés aux frais des opérateurs immobiliers et sont cédés gratuitement aux régies pour leurs mises en exploitation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Administratif - Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Chute du nombre de voyageurs à l’aéroport de Fès

Le trafic des passagers à l’aéroport Fès-Saiss a enregistré une baisse de 35,47 au 1ᵉʳ semestre de l’année 2021, par rapport à la même période de l’année 2019.

Maroc : forte progression des crédits immobiliers à fin avril 2021

Les crédits immobiliers ont enregistré une progression de 3,6 % à fin avril 2021, pour s’établir à 286,45 milliards de dirhams, selon les dernières statistiques monétaires de...

Maroc : le Covid-19 met à genoux l’immobilier

Déjà en difficulté, le secteur de l’immobilier s’est davantage fragilisé avec l’avènement de la crise sanitaire. Malgré la reprise des activités, le secteur a du mal à sortir la...

Maroc : le Covid-19, un risque majeur pour l’immobilier

Au Maroc, l’immobilier est l’un des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire liée au coronavirus. Un secteur déjà confronté à une crise endogène. Zakia Medkor,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Aide au logement : un vrai succès chez les MRE

Près de 20% des potentiels bénéficiaires du nouveau programme l’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...