Maroc : de bonnes perspectives pour le secteur de l’immobilier

28 septembre 2021 - 13h20 - Economie - Ecrit par : A.P

Le secteur de l’immobilier au Maroc renaît progressivement, après avoir été durement touché par la crise sanitaire. Le regain de confiance noté au cours du deuxième trimestre de cette année, augure de bonnes perspectives post-crise.

Les indicateurs sont encourageants pour le secteur de l’immobilier. Les transactions pour l’ensemble des catégories d’actifs (résidentiel, foncier et professionnel) ont enregistré une hausse de 220,5 % au cours du deuxième trimestre de 2021 par rapport à la même période de 2020. Dans le détail, le résidentiel a augmenté de +186,8 %, le foncier de 393,9 % et le professionnel de +198,5 %.

Toutefois, il est noté une baisse « encourageante » des prix de 1 à 4,9 %, indiquent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) dans leur bulletin d’informations sur l’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) au cours de la même période.

À lire : Au Maroc, le marché immobilier amorce sa reprise

Au cours de la période post-pandémie, « nous assistons actuellement à un recul des prix des actifs immobiliers, ce qui est tout à fait naturel, dans la mesure où les prix deviennent plus justes », explique Adnane Bajeddi, MRICS (Member of the Royal Institution of Chartered Surveyors) et expert en immobilier. Et d’ajouter : « Sous l’effet des contraintes conjoncturelles actuelles, les vendeurs sont de plus en plus enclins à fixer leurs prix avec mesure, afin de s’assurer d’une transaction rapide, et pour certains promoteurs immobiliers, afin de liquider leur stock d’invendus ; d’où le recul enregistré par l’IPAI ».

Selon Bajeddi, cette augmentation du volume des transactions immobilières peut également se justifier par la reprise de la demande des opérateurs économiques et d’autres facteurs dont les incitations fiscales sur les droits d’enregistrement traduites par l’exonération totale accordée sur l’acquisition des logements sociaux ou à faible valeur immobilière et un abattement de 50 % sur l’acquisition de logements ou terrains destinés à un usage d’habitation (sous certaines conditions). Il s’agit aussi de la réduction des taux des crédits immobiliers afin d’encourager les encours immobiliers qui ont enregistré une hausse de 4,4 % à fin mai 2021. L’expert n’occulte pas la forte progression de 48 % des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) par rapport au premier semestre 2020, s’établissant à plus de 44,19 milliards de dirhams (MMDH).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Marché immobilier : hausse des prix de la location

Les prix de la location d’appartements meublés au Maroc ont augmenté durant le deuxième trimestre de cette année, alors que ceux des appartements vides ont connu la tendance...

Immobilier au Maroc : une reprise en trompe-l’œil

Le secteur de l’immobilier au Maroc demeure très affecté par la crise sanitaire. L’embellie observée durant quelques mois n’a été que de courte durée, ce qui a poussé les...

Au Maroc, la filière de la location saisonnière se requinque

La location immobilière saisonnière au Maroc suscite un fort engouement à mesure qu’approchent les vacances. De quoi revigorer le secteur après deux années de disette dues à la...

Maroc : baisse des prix de l’immobilier

Les prix des actifs immobiliers au Maroc ont connu une baisse de 5,4 % au deuxième trimestre 2021, alors que pendant ce temps, le nombre de transactions a grimpé de 18,8 %.

Ces articles devraient vous intéresser :

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en avril dans tous les pays, y compris le Maroc.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.