Automobile : l’Algérie veut rivaliser avec le Maroc

18 décembre 2023 - 20h00 - Economie - Ecrit par : S.A

L’Algérie veut rivaliser avec le Maroc en accroissant ses investissements dans le secteur de l’automobile. Elle tente ainsi de regagner le terrain qu’elle a perdu ces dernières années.

L’Algérie veut livrer concurrence aux pays régionaux dont le Maroc dans le secteur de l’automobile. Dans ce sens, une nouvelle usine Fiat s’est implantée à Oran, à l’ouest du pays, pour un coût de 200 millions d’euros « afin de montrer les possibilités que l’Algérie peut offrir aux investisseurs étrangers », fait savoir Atalayar. Cette usine d’assemblage « a été achevée en un temps record d’un an, avec une capacité de production de 90 000 voitures par an », a assuré Carlos Tavarez, le PDG de Stellantis – la société mère de Fiat. L’usine « commencera à produire 50 000 voitures par an, pour atteindre 80 000 voitures en 2026 », a expliqué pour sa part Ali Aoun, le ministre algérien de l’Industrie.

À lire : Maroc : un hub pour l’industrie automobile chinoise en Europe

En Algérie, le secteur de l’automobile a été mis à mal par la décision du président Abdelmajdid Tebboune de fermer les usines parce qu’«  elles se contentaient de mettre des roues », en échange d’importants avantages fiscaux. Il avait également ordonné de cesser d’importer un volume important de véhicules. Cette décision avait produit un impact négatif sur des entreprises comme Nissan, qui a annoncé en 2019 l’implantation d’une usine en Algérie pour un coût d’environ 160 millions d’euros. La longueur des procédures bureaucratiques, le manque de garanties en termes de droits judiciaires sont les autres facteurs qui ont ralenti la croissance de l’industrie automobile en Algérie.

À lire : Automobile : le groupe espagnol Antolin veut renforcer sa présence au Maroc

Aujourd’hui, l’Algérie veut adopter une nouvelle stratégie afin de revigorer le secteur. Mais elle aura fort à faire pour concurrencer les pays régionaux comme le Maroc, plus grand centre de production automobile d’Afrique, devenu le leader du secteur automobile dans la région de l’Afrique du Nord et du Maghreb. Le royaume compte aujourd’hui plus de 250 équipementiers automobiles dont beaucoup sont des filiales d’entreprises étrangères, qui emploient quelque 220 000 personnes. Selon les données de l’Office des changes, le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams à fin octobre 2023, soit une progression de 30,5 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Algérie - Automobile

Aller plus loin

Ventes de voitures au Maroc : Les marques de luxe cartonnent, les autres s’effondrent

Malgré une conjoncture morose et une baisse globale des ventes de voitures au Maroc en février, les marques de luxe semblent tirer leur épingle du jeu.

Maroc : un hub pour l’industrie automobile chinoise en Europe

La Chine manifeste un intérêt croissant pour le Maroc dont le potentiel automobile est énorme et varié. Sa proximité avec le marché européen attire aussi le géant asiatique.

Le rapide développement du secteur automobile marocain fait peur à l’Espagne

Le Maroc prévoit d’augmenter sa capacité de production de véhicules de 700 000 à deux millions par an d’ici 2030. Un engagement qui fait peur à l’Espagne.

Dacia, leader du marché automobile marocain, Renault et Hyundai en embuscade

Le marché automobile marocain a connu un début d’année 2024 en demi-teinte, avec une croissance encourageante en janvier suivie d’une baisse inattendue en février.

Ces articles devraient vous intéresser :

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.

Le Maroc, un des pays les plus attractifs pour les investisseurs

Dans le dernier rapport publié par l’Institut royal des études stratégiques (IRES), le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus attractifs pour faire des affaires.

Combien coûte la Lamborghini Urus du rappeur marocain Morad ?

Le rappeur marocain Morad a été récemment aperçu dans les rues du Maroc à bord d’une Lamborghini Urus, une SUV de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Fiat dévoile sa Topolino, fabriquée au Maroc

Fiat a présenté mardi à Turin sa Topolino, un quadricycle 100 % électrique, fabriqué au Maroc comme la Citroën Ami.

Du nouveau pour l’usine géante de batteries au Maroc

Le gouvernement marocain vient de signer un mémorandum d’entente avec le groupe sino-européen Gotion High-Tech pour la réalisation d’un projet de mise en place d’un écosystème industriel de production de batteries pour véhicules électriques et de...

La construction du port Nador West Med avance à grands pas

Les travaux de construction du port Nador West Med avancent à grands pas. La digue principale de l’infrastructure a été installée vendredi, a annoncé le ministère de l’Équipement et de l’Eau.

Du nouveau dans la gamme de la Citroën Ami fabriquée au Maroc

Une nouvelle version de la Citroën AMI « made in Morocco » est désormais commercialisée sur le site officiel du constructeur automobile français.

Renault va produire plus de véhicules électriques au Maroc

Renault ambitionne d’ici 2027 de lancer huit nouveaux modèles hybrides et électriques (E-Tech) et de doubler le bénéfice net par unité vendue hors d’Europe et notamment au Maroc.