Un Belge veut éviter l’expulsion de ses chiots marocains

28 février 2023 - 23h30 - Belgique - Ecrit par : S.A

Alors que ses chiots sont menacés d’expulsion vers le Maroc ou d’être euthanasiés, un Belge se bat pour les garder avec lui à Ans. Il vient de déposer un recours en référé au Conseil d’État.

Deux chiots marocains bientôt expulsés vers le Maroc ? L’ostéopathe ansois Benoît Malherbe qui en est le propriétaire a par le biais de son avocat introduit un recours devant le Conseil d’État. Une audience devrait se tenir la semaine prochaine. Pour l’heure, les animaux sont à Ans dans un espace confiné dans le jardin de Benoît. « Un espace que j’ai doublement clôturé et je ramasse précautionneusement, avec des gants, leurs déjections pour éviter que d’autres animaux (renards…) ne soient en contact avec ces déjections. Cette mise en quarantaine ou en confinement des chiots se poursuivra encore durant deux mois puisque cela fait à présent près de quatre mois qu’ils sont arrivés à Ans », précise-t-il à SudInfo.

À lire : SOS pour Sarah, une chienne maltraitée au Maroc

C’est une dame marocaine qui avait vendu les chiots de berger à l’ostéopathe ansois. Ce dernier les avait achetés pour l’anniversaire de sa fille. Seul problème : les animaux sont arrivés illégalement en Belgique et ne sont pas vaccinés contre la rage, ce que Benoît ne savait pas. Jusque-là, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) n’a pas pu trouver une solution quant à l’avenir de ces deux chiots marocains.

À lire : France : elle change le sort d’un chien errant marocain

Une possibilité s’offre à Benoît : rapatrier les animaux au Maroc, à ses frais, pour les faire vacciner là-bas avant qu’ils ne reviennent en Belgique plusieurs mois plus tard. « Je ne connais personne au Maroc et je suis loin d’être sûr de revoir mes deux chiots. Je ne souhaite pas non plus les euthanasier, sauf s’ils présentent effectivement les symptômes de la rage et dans ce cas-là seulement je n’hésiterai pas », rappelle-t-il. L’ostéopathe se dit prêt à établir un cordon sanitaire plus strict encore si besoin pour ces deux chiots, mais qu’il n’a toujours pas eu de contact avec l’AFSCA de Liège.

À lire :Il renonce à son emploi en Angleterre pour s’occuper des chiens abandonnés au Maroc (Photos)

« Je manque d’informations. Y compris pour notre chienne bouvier bernois mais aussi pour nous-mêmes ! Tous les membres de ma famille doivent-ils se faire vacciner ? Je n’ai toujours pas de réponse à ces questions », regrette-t-il. « Je rappelle que nous ne souhaitons pas que ces chiens soient euthanasiés, mais il en va de la santé et de la sécurité de tous ! Et il en va de la responsabilité de Mr Malherbe en ce qui concerne la situation actuelle », insiste Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de l’AFSCA.

Sujets associés : Belgique - Droits et Justice

Aller plus loin

Il renonce à son emploi en Angleterre pour s’occuper des chiens abandonnés au Maroc (Photos)

Depuis 2012, Karl Scarr réside au Maroc. Ancien chauffeur de taxi en Angleterre, il a décidé de tout plaquer pour s’installer à Tanger et s’occuper des chiens abandonnés.

SOS pour Sarah, une chienne maltraitée au Maroc

Catherine Abraham n’est plus à présenter. Elle est la présidente de l’association Arche d’Abraham qui s’est fait connaître dans le sauvetage et la prise en charge des animaux...

Des chiens handicapés à la plage, la vidéo qui touche les internautes marocains

La Marocaine Sally Kadaoui, propriétaire du refuge pour chiens et autres animaux errants, SFT Animal Sanctuary, a publié récemment sur Facebook une vidéo d’une journée à la...

France : elle change le sort d’un chien errant marocain

L’Amandinoise Brigitte Lorthioir, éducatrice à la retraite connue pour son combat contre la maltraitance animale, change le sort d’Inotika, un chien errant marocain.

Ces articles devraient vous intéresser :

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.