Belgique : l’expulsion de Mohamed Toujgani illégale ?

23 avril 2023 - 08h20 - Belgique - Ecrit par : S.A

Sur demande de la présidente de la Chambre, Eliane Tillieux (PS), le comité de contrôle des services de renseignement dit Comité R a mené des investigations sur les révélations relatives à l’expulsion du prédicateur marocain Mohamed Toujgani au motif de sa « dangerosité pour la sécurité nationale » et a produit son rapport d’enquête. Il met en lumière « d’importants dysfonctionnements » dans la gestion du dossier par le service de renseignement civil. Sans manquer de formuler des recommandations pour éviter de telles failles à l’avenir.

Selon le Comité R, la Sûreté de l’État (VSSE) a manqué de mesure dans les analyses qu’elle a transmises aux institutions telles que l’OE, le ministère public ainsi que le cabinet Mahdi concernant l’imam marocain Mohamed Toujgani, entraînant en octobre 2021 son expulsion du territoire belge, où il résidait depuis les années 1980. « La gravité de ces manquements doit être évaluée au regard de leur impact sur les droits et libertés de Mohamed Toujgani », estime l’organe de contrôle.

À lire : L’expulsion de l’imam marocain Mohamed Toujgani confirmée

Sammy Mahdi, secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, à l’époque avait décidé en octobre 2021 de mettre fin au séjour de l’imam marocain sur le territoire belge, sur la base des informations provenant des services de sécurité « en raison de signes d’un grave danger pour la sécurité nationale. » La décision est accompagnée d’un ordre de quitter le territoire. L’enquête du Comité R révèle que c’est la médiatisation en janvier 2019 (par le biais de La Dernière Heure) d’une vidéo de prêche de l’imam, datant de 2009, « qui a réactivé l’intérêt de la Sûreté pour son cas – intérêt qui n’était par contre pas neuf, Toujgani étant sur les radars depuis plus de trois décennies. », fait savoir Le Soir.

À lire : Expulsion de Mohamed Toujgani : Nabil Boukili appelle au respect de l’État de droit

« Seigneur, fais que le sang des martyrs soit une arme sous les pieds des sionistes oppresseurs, et que ce sang soit un feu ardent qui les brûle et un vent qui les fustige. », disait notamment le prédicateur dans la vidéo en question. L’organe de contrôle fait observer que les notes rédigées au sujet de l’imam marocain avant janvier 2019 rendaient compte avec « une plus grande prudence » de ses activités. « Les mentions les plus récentes de Mohamed Toujgani dans des notes aux autorités font état d’une modération de son discours et de ses prêches », précise le Comité R.

À lire : Mohamed Toujgani, persona non grata en Belgique

Le VSSE avait, dans une autre note de 2018 qui catégorisait Toujgani comme simple « conservateur », assuré que le prédicateur marocain « a toujours condamné le terrorisme et l’usage de la violence ». Des notes qui poussent le Comité R à pointer une forme de paradoxe dans cette affaire. Il fait observer que « jusqu’en juillet 2019 », « la VSSE n’avait pas jugé nécessaire d’alerter les autorités administratives et/ou politiques quant à la menace qu’il représentait », et ce, malgré les « signes d’un grave danger pour la sécurité nationale. » Et de conclure : « En l’absence de mise à jour et de confirmation des informations collectées, la VSSE a partagé une analyse aux conclusions non proportionnées au regard des informations à sa disposition. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Religion - Expulsion

Aller plus loin

Belgique : les vraies raisons de l’expulsion de l’imam Mohamed Toujgani

Sammy Mahdi, secrétaire d’État à l’asile et à la migration, a retiré le permis de séjour de Mohamed Toujgani, imam principal de la mosquée Al Khalil à Molenbeek, la plus grande...

Attentats de Barcelone : vers l’expulsion d’un Marocain

Le Ministère de l’Intérieur espagnol a sollicité l’Audience nationale pour autoriser l’expulsion vers le Maroc de Said Ben Iazza, l’un des trois condamnés pour les attentats...

Incarcérés à Gibraltar, des Marocains demandent leur expulsion au Maroc

Trois Marocains, détenus depuis dix mois à la prison de Windmill Hill à Gibraltar suite à leur entrée illégale, ont demandé leur expulsion vers le Maroc. Ils ont été arrêtés...

Expulsion de Mohamed Toujgani : Nabil Boukili appelle au respect de l’État de droit

L’expulsion de l’imam Mohamed Toujgani de la Belgique continue d’alimenter les débats. Le député Nabil Boukili (PTB), intervenant sur le sujet, a appelé au respect de l’État de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la date de l’Aïd Al Fitr connue

Considérant que le jeûne de Ramadan durera 29 jours cette année selon les calculs astronomiques, l’Aïd Al Fitr 2024 sera célébrée au Maroc le mercredi 10 avril.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Le ramadan est « clairement un sujet sensible dans les clubs » de football

Alors que les joueurs musulmans tiennent à leur foi et préfèrent jeûner, les clubs se soucient bien souvent de leurs performances pendant le ramadan. Un ancien préparateur physique assure que cette période est « clairement un sujet sensible dans les...

Voici la date de l’Aïd el-Fitr en France

Débuté le 23 mars 2023, le mois du ramadan touche progressivement à sa fin. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé vendredi 14 avril la date de l’Aïd al-Fitr marquant la fin de la période de jeûne.

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire la date de début du mois de ramadan 2023 au Maroc.

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Une prière musulmane à l’aéroport de Roissy fait polémique

Augustin de Romanet, PDG d’ADP a réagi à une prière collective réunissant une trentaine de musulmans dimanche 5 novembre dans une salle d’embarquement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, et qui a soulevé de vives polémiques.