Belgique : un MRE, chasseur de djinns, devant la justice

7 mars 2021 - 14h40 - Belgique - Ecrit par : S.A

Mohamed, un Marocain résidant en Belgique, « thérapeute traditionnel » fait face à la justice après avoir été accusé d’avoir violé des femmes lors des séances de désenvoûtement. Il clame son innocence et se dit victime d’une coalition de trois femmes.

Latifa*, Nabila* et Nadia* disent avoir été des victimes de Mohammed qui les a toutes maintenues sous emprise pendant des années. Nabila et Nadia affirment qu’il les a violées lors de séances de « Roqya », un exorcisme propre à l’Islam, rapporte La Libre.

Latifa et Mohamed se sont mariés en 1999, et sont parents de deux enfants. Selon le récit de la mère de famille, les 11 années de vie commune ont été un véritable cauchemar. « Petit à petit, il m’a isolée de tout », a-t-elle expliqué devant la cour d’appel de Bruxelles. Elle avait son mari sur le dos. Mise au courant de la présence de Nabila, séquestrée dans la cave aménagée du logement familial, Lafita a tenté de dénoncer Mohamed.

En 2014, les parents de Nabila avaient confié leur fille qui souffrait de troubles psychologiques au « thérapeute traditionnel ». À l’époque, elle avait 21 ans. Elle était à mille lieues d’imaginer qu’elle serait victime de viol. Mohamed a fait croire à la jeune femme que ses problèmes venaient de ses parents. D’où, la nécessité de couper les ponts. « Pour me déposséder, je devais me déshabiller », racontera-t-elle. Mohamed lui dessinait des signes sur le corps avec un bâton de bambou, insistant sur ses parties intimes. Il finit par violer Nabila.

« Je ne pratiquais que des lectures du Coran en apposant les mains sur le front et en brûlant de l’encens », se défend Mohamed. À l’en croire, Nabila était « habitée par des esprits, touchée par des djinns. Une personne sur deux est dans cette situation au Maroc ».

Nadia est la troisième victime présumée. Mohamed avait promis l’aider à entrer en possession de son héritage. « Il m’a baratinée avec la religion », a-t-elle expliqué aux enquêteurs, accusant le « thérapeute traditionnel » de l’avoir violée après des séances où il lui imposait ses mains sur la tête et sur tout le corps pour, disait-il, calmer ses maux de tête. Le verdict est attendu, le 1ᵉʳ avril.

*Prénoms d’emprunt

Sujets associés : Belgique - Droits et Justice - Sexualité - Violences et agressions

Aller plus loin

Suisse : peine réduite de prison pour un pratiquant de la roqya condamné pour viol

En Suisse, un pratiquant de la roqya, accusé d’avoir violé deux fois une jeune femme de 19 ans lors de séances de désenvoûtement, a vu sa peine réduite en appel à trois années...

Troublantes révélations sur la roqya-hijama business en France

La roqya et la hijama business, répandues au Maroc et en France, ont fait l’objet d’une enquête commandée par la Miviludes. Les révélations sont plutôt troublantes.

Accusé d’avoir tué son épouse, un Marocain devant la justice belge

Le procès de Mokhtar Ammari, un Marocain de 57 ans, accusé d’avoir tué son épouse, Fatima Khayer (48 ans) va s’ouvrir mercredi 21 avril, devant la cour d’assises de Liège. Au...

Belgique : accusé de vol, un MRE demande l’acquittement

Lors de leur comparution devant la cour d’assises de Nivelles jeudi 7 janvier dernier, Akim S., Marocain résidant à Bruxelles et le Français Salah G., tous d’eux soupçonnés...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.