Benkirane évoque les véritables causes de la déroute électorale du PJD

3 janvier 2022 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) revient sur la déroute électorale des islamistes aux élections du 8 septembre dernier et en évoque les véritables causes. Il appelle au retour aux fondamentaux du parti.

« Les principes de notre parti ont été transgressés par les avantages matériels et moraux qu’offre la politique », a déclaré Abdelilalh Benkirane lors d’une rencontre avec les secrétaires provinciaux, tenue samedi dernier au siège du parti, rappelant que le PJD est un parti politique avec une référence religieuse. Il attribue l’échec cuisant du parti aux dernières élections pas aux seules falsifications du scrutin, à la distribution d’argent ou à l’intervention de l’administration, mais au fait que des militants se sont éloignés de la religion, dans son sens le plus large, pour courir derrière des avantages de la politique que sont l’argent, les privilèges et les postes.

À lire : Maroc : le PJD craint « l’intrusion sioniste » dans le pays

Pour éviter une telle débâcle électorale à l’avenir, le secrétaire général du parti appelle les militants au retour aux fondamentaux du parti. « Si nous voulons corriger le cap et repartir du bon pied, il nous faut revenir à la source et à notre référence islamique car, il faut l’avouer, nous avons une grande part de responsabilité dans cet échec », a-t-il lancé. « Il faut traiter les sujets essentiels comme on l’avait fait lors de la réforme du Code de la famille, le soutien au mouvement du 20 février et l’opposition au ‘Mouvement de tous les démocrates’ et le PAM qui ont tenté de nous rayer de la carte politique en 2003  », a-t-il ajouté.

À lire : Les salafistes ou l’autre cause de la défaite historique du PJD

En d’autres termes, Abdelilalh Benkirane appelle à combattre avec fermeté tout ce qui représente un danger pour la religion, pour le pays et pour la monarchie, notamment la dépénalisation de l’homosexualité, des relations sexuelles consenties, du droit à l’adultère et l’abolition de la peine de mort.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane

Aller plus loin

Maroc : le PJD craint « l’intrusion sioniste » dans le pays

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’a toujours pas digéré la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. La visite du ministre israélien...

L’appel de Benkirane aux PJDistes

Lors du conseil national tenu samedi dernier à Bouznika, Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) a appelé les membres à contribuer...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du...

Les salafistes ou l’autre cause de la défaite historique du PJD

Outre les causes évoquées jusque-là, la déroute du Parti de la Justice et du Développement (PJD) aux élections du 8 septembre dernier s’explique aussi par le fait que les...

Ces articles devraient vous intéresser :

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...