Bloqués au Maroc, des enfants marocains nés en Espagne déscolarisés depuis 3 ans

22 septembre 2022 - 08h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Des enfants marocains nés en Espagne sont bloqués au Maroc en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Ils ont déjà passé trois ans sans être scolarisés. Leurs parents appellent les autorités au secours pour leur permettre de poursuivre leurs études.

Fatima Zohra Azztin et Hanane Bazzar, deux mères de ces enfants, s’inquiètent pour leur avenir. Elles demandent aux autorités marocaines de permettre à ces derniers de rejoindre Sebta pour poursuivre leurs études. « Les enfants ont la nationalité espagnole et sont inscrits à l’école à Sebta », explique Hanane Bazzar à El Faro de Ceuta, déplorant le silence des autorités marocaines et espagnoles.

Mardi, ces mères ont quitté Fnideq pour Tétouan, où les autorités marocaines leur ont expliqué qu’elles ne pouvaient rien pour elles et que leur cas sera pris en charge par le consulat général d’Espagne à Tétouan. Malheureusement, le consulat est « actuellement en vacances et ne rouvrira que le 1ᵉʳ octobre », indique Hanane. Et de préciser : « Nous ne voulons pas de papiers ou de résidence ou quoi que ce soit, ce que nous voulons, c’est juste de pouvoir emmener les enfants à l’école à Sebta ».

À lire : Le cri de détresse des étudiants marocains de Chine bloqués au Maroc

La femme a un enfant de 8 ans qui, comme les autres mineurs, ne peut pas étudier au Maroc « parce qu’il a la nationalité espagnole et qu’il n’y a pas de places disponibles à l’école espagnole de Tétouan ». Toutes ces mères résidaient et travaillaient à Sebta depuis des années, mais sont restées bloquées au Maroc en raison de la pandémie. Après la réouverture, seuls les travailleurs frontaliers marocains détenteurs d’une carte d’identité d’étranger (TIE) en cours de validité, sont autorisés à traverser la frontière.

« Nous vivions à Sebta. Il y a des gens qui ont une assurance, un permis de résidence, des passeports et divers documents qui ont expiré, mais on ne peut pas les renouveler », se désole Hanane, désespérée. Avec les autres mères, elle envisage d’envoyer une lettre aux autorités espagnoles pour expliquer leur situation. « Nous avons besoin d’un papier pour mettre les enfants à l’école parce qu’ils ne peuvent pas entrer seuls à Sebta, ce sont des mineurs », souligne-t-elle.

Sujets associés : Espagne - Tétouan - Ceuta (Sebta) - Education - Enfant

Aller plus loin

Maroc : un budget de 62 milliards de DH pour l’éducation en 2022

Le gouvernement marocain a prévu, dans le Projet de loi de finance 2022, la somme 62,45 milliards de DH pour soutenir le secteur de l’Éducation et le préscolaire.

Bordeaux : une Marocaine condamnée pour avoir refusé de scolariser ses enfants

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné par défaut une Marocaine qui a refusé de scolariser ses enfants, malgré une mise en demeure, à trois mois de prison avec sursis...

Le Canada oublie les enfants de MRE bloqués au Maroc

Alors que la rentrée scolaire a commencé au Canada, des cours à distance n’ont pas été programmés pour les enfants des MRE bloqués au Maroc depuis la suspension des vols entre...

L’Espagne refuse d’accueillir des Marocains ayant la nationalité espagnole

Les Marocaines, dont les enfants nés de père espagnol sont bloqués au Maroc, demandent un laissez-passer pour leur permettre de les scolariser à Ceuta.

Ces articles devraient vous intéresser :

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.