« Un cancer » : la France face aux contrôles au faciès

2 octobre 2023 - 14h00 - France - Ecrit par : A.P

Saisi par plusieurs ONG qui dénoncent les contrôles au faciès par la police, qu’ils estiment « discriminatoires », le Conseil d’État s’est prononcé vendredi sur ce sujet très sensible.

La plus haute juridiction administrative s’est penchée sur la requête des six associations et ONG, dont Amnesty international, Human Rights Watch ou Open Society Justice Initiative. Pour ces ONG, les contrôles au faciès opérés par la police constituent une « discrimination systémique ». Ces contrôles « ne sont pas un simple problème de politique publique, c’est un fléau », a insisté Me Antoine Lyon-Caen, représentant les six organisations.

« Le contrôle d’identité, c’est la première rencontre des jeunes avec l’autorité publique. Si, comme nous le démontrons, cette pratique du contrôle au faciès est généralisée […], ça veut dire que les jeunes, humiliés par ces contrôlés seront marqués profondément. C’est un problème dont notre cohésion sociale dépend », a-t-il ajouté, précisant qu’il y a « une industrie du contrôle au faciès ». Ils sont estimés à 14 millions par an, selon les données d’un rapport de l’Assemblée nationale en 2016.

À lire : Contrôles au faciès : un collectif d’ONG saisit la justice contre l’État français

Cette pratique est un « cancer » pour la société, a renchéri Me Patrice Spinosi, un autre avocat des requérants qui dénoncent une pratique « illégale au regard du droit français […] et international ». Ils demandent au conseil d’État « de constater le grave manquement de l’État consistant à laisser perdurer » ces contrôles et « d’enjoindre aux autorités de prendre les mesures nécessaires pour y remédier », soutenant que

La rapporteure publique, Esther de Moustier, a quant à elle appelé à rejeter la requête et à « tenir compte des moyens déjà mobilisés » par le gouvernement. En juin 2021, la Cour d’appel de Paris avait condamné cette pratique. Avant elle, la Cour de cassation avait condamné en 2016 l’État pour faute lourde. Si le Conseil d’État venait à rejeter la requête des ONG, cela reviendrait à soutenir que « le mal existe, mais le médecin ne peut pas intervenir », a souligné Me Lyon-Caen.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Bavure policière

Aller plus loin

France : six organisations exigent la suppression des contrôles au faciès

Six organisations non gouvernementales sont décidées à contraindre l’État français à supprimer les contrôles au faciès. Elles ont annoncé ce mercredi, le lancement d’une action...

France : un rapport dénonce les «  contrôles au faciès  »

La Commission nationale consultative des droits de l’Homme a dans un rapport fait part de la forte discrimination que subissent les Noirs en France. Elle qualifie cette...

Contrôles au faciès : un collectif d’ONG saisit la justice contre l’État français

Six associations, dont Amnesty International et Human Rights Watch (HRW), représentant des victimes de violence et de discrimination policières, ont décidé d’attaquer l’État...

Contrôles au faciès : des lycéens font condamner l’Etat français

La cour d’appel de Paris a reconnu, à l’issue d’un procès en appel, le caractère discriminatoire du contrôle au faciès de trois lycéens d’un établissement en Seine-Saint-Denis,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.