Casablanca : des policiers condamnés pour agression

8 juillet 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le tribunal de Casablanca a condamné à quatre ans de prison ferme, assortie d’une amende de 5 000 dirhams plusieurs policiers impliqués dans une affaire d’agression d’un employé de café. Les faits s’étaient déroulés l’été dernier.

La victime avait diffusé, sur les réseaux sociaux, une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été violentée lors de son interpellation par un policier à Casablanca. La réaction de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a été rapide, rappelle Assabah, précisant que plusieurs personnes impliquées ont été interpellées et une enquête ouverte par la brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ).

A lire : Casablanca : deux policiers arrêtés pour vol

Près d’un an après, la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca a rendu son verdict. Le principal accusé, un commissaire de police, chef d’un arrondissement et deux autres inspecteurs ont été condamnés à quatre ans de prison ferme, assortie d’une amende de 5 000 dirhams.

Deux infirmiers ont également été condamnés, dans le cadre de cette affaire, à trois ans de réclusion criminelle et une amende de 2 000 dirhams, fait savoir le journal, ajoutant que cinq autres accusés se sont vu infliger une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 1 000 dirhams. Ils étaient poursuivis pour abus de confiance, violence, participation à des actes de falsification, incitation aux faux témoignages, faux et usage de faux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Arrestation

Aller plus loin

Un cinquantenaire décède après une manifestation à Khénifra

Un homme d’une cinquantaine d’années participant à une manifestation à la Place « 20 août » à Khénifra, a succombé à un malaise vendredi, a-t-on appris auprès des autorités...

Casablanca : deux inspecteurs de police arrêtés pour corruption

Une enquête judiciaire a été diligentée, jeudi, par la brigade économique et financière de la préfecture de police de Casablanca à l’encontre de deux inspecteurs de police,...

La DGSN n’a suspendu aucun policier à l’aéroport Mohammed V

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) fustige et dénonce les allégations publiées par certains médias nationaux et qui concernent des policiers en fonction à...

Italie : un Marocain torturé pas des policiers

Quatre agents de la police locale de Sassuolo (nord de l’Italie) ont été suspendus de leurs fonctions par un juge du tribunal de Modène. Ils sont soupçonnés de torture aggravée...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.