Maroc : le marché du chocolat en plein essor malgré le Covid

14 mai 2021 - 10h00 - Economie - Ecrit par : A.T

La consommation de chocolat a augmenté malgré le Covid. Les tablettes et barres de chocolat sont de plus en plus vendues. C’est ce qu’on peut comprendre des données publiées par le patron d’une des plus grandes firmes, Nestlé, installée au Maroc.

C’est aux confrères de l’Economiste qu’Imane Zaoui, Directrice générale des affaires de Nestlé Maroc s’est confiée. À l’en croire, le Covid avec ses mesures de restrictions ont impacté les habitudes alimentaires avec une incidence sur le commerce. Les mois de confinement des Marocains n’ont pas fait l’affaire de la grande consommation. Toutefois, les chocolateries et les confiseries ont échappé à la mévente. Selon les données d’AC, Nielsen, le secteur est en nette progression de 2018 à 2020, « 670 millions de DH à plus 710 millions de DH ».

La consommation ne faiblit pas et cela fait l’affaire des industriels nationaux du secteur tels que la compagnie chérifienne de chocolaterie, Pralinor, Ebbo, Bigor ou Pastor. Ces derniers, ont augmenté ces dernières années leur production pour satisfaire à la demande. La consommation en chocolat du Marocain a probablement dépassé 1 kilogramme par an enregistré en 2018. Idem pour la production qui devrait dépasser les 15 000 tonnes réalisées en 2019. Il s’agit principalement de chocolat en barres, en blocs, en plaques (fourrés et non fourrés) et autres confiseries chocolatées, indique l’Économiste.

Outre la production locale, les labels internationaux avec leurs produits se sont imposés sur le marché marocain, avec leur marque visiblement très prisée. On peut citer Mars, Ferrero, Maruja, Mondelez et Nestlé. Ces derniers grâce à une politique de rapport-qualité prix, se distingue dans ce vaste environnement concurrentiel. La directrice de Nestlé dira qu’une partie des consommateurs recherche des produits de grande qualité.

Ces différents acteurs, internationaux et locaux ont aussi dans leur politique commerciale, changé les techniques de vente en se rapprochant plus de la clientèle dans les régions. Ce qui explique aussi le boom constaté. « Des investissements qui vont nous permettre de nous connecter encore plus étroitement avec nos consommateurs », a-t-elle déclaré.

Sujets associés : Alimentation - Chiffre d’affaires - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : voici les lots de chocolats Kinder retirés du marché

Des lots de chocolats Kinder auraient été contaminés par la bactérie Salmonella, poussant l’Office Nationale de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) à décider du...

Tanger : la douane fait grimper les prix des produits de contrebande

Désormais dans le nord du Maroc, les produits de contrebande sont soumis aux taxes douanières. À Tanger comme à Tétouan, cette situation pénalise vendeurs et acheteurs qui...

Les Marocains boudent le chocolat

Chaque fin d’année, le marché marocain du chocolat connaît son pic. Mais cette année, en raison de la crise sanitaire, les Marocains semblent avoir boudé ce petit plaisir.

Ces articles devraient vous intéresser :

Tournages de films au Maroc : chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le centre cinématographique...

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Nouvelle fiche sanitaire pour entrer au Maroc

Tous les voyageurs souhaitant accéder au territoire marocain devront désormais remplir les mêmes conditions. Qu’importe le moyen de transport, la fiche sanitaire du pays a été actualisée, simplifiée et uniformisée.

Au Maroc, les agences de voyage retrouvent le sourire

Après deux ans de perturbations en raison de la crise de Covid-19, les agences de voyages marocaines retrouvent le sourire, tant les réservations de voyages explosent.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.