Les Marocains boudent le chocolat

28 décembre 2020 - 18h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Chaque fin d’année, le marché marocain du chocolat connaît son pic. Mais cette année, en raison de la crise sanitaire, les Marocains semblent avoir boudé ce petit plaisir.

Cette fin d’année, la crise sanitaire a obligé les ménages et les entreprises à des restrictions budgétaires. " Ce qui va largement impacter notre business comme celui des parfumeurs et de toutes les filières du cadeau d’entreprises ", rapporte La Vie éco, citant les propos du gérant d’une enseigne de chocolat du quartier Mâarif à Casablanca, très inquiet. D’ailleurs, les effets se constatent déjà, puisque " les commandes ne sont pas au même niveau que les années antérieures. Les entreprises qui achètent habituellement chez nous ne se sont pas encore toutes manifestées. Nous les avons contactées et envoyé nos offres, mais nous attendons… ", se préoccupe-t-il.

Normalement, les ventes enregistraient une hausse entre novembre et janvier et représentaient 80% du chiffre d’affaires annuel des chocolatiers. Mais jusqu’à une semaine des fêtes le tableau se présente mal, car, " le pouvoir d’achat des ménages a été sérieusement touché par cette crise dans la mesure où plusieurs personnes ont perdu leur travail ou encore ont vu leurs salaires réduits...De ce fait, acheter du chocolat devient un achat superflu dont on peut se passer", a ajouté un autre gérant de la place.

Toutefois, on garde espoir chez Aiguebelle restée fermée durant 2 mois à cause de la crise sanitaire. Ainsi, des nouveautés ont été apportées, " avec la contribution de 6 grands maîtres chocolatiers pour concocter des recettes innovantes et exclusives réalisées de façon artisanale... en respectant les mesures de sécurité qui s’imposent", a indiqué Mohamed Amine Berrada, président-directeur de la Compagnie chérifienne de chocolaterie Aiguebelle. De plus, une " large gamme de fourrés au praliné ou à la ganache est proposée aux catégories pro et aux cadeaux de fin d’année pour les entreprises et les familles" a-t-il ajouté.

L’objectif est de développer le marché évalué à environ 700 kilogrammes de chocolat annuellement, avec une consommation moyenne d’un kilogramme par habitant par an. Ce qui classe le Maroc très loin derrière les pays comme la Tunisie où la consommation est de 3 kilos, ou encore certains pays européens où la consommation se situe entre 7 et 8 kilogrammes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Gastronomie - Consommation - Crise économique - Alimentation - Chiffre d’affaires - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les restaurateurs marocains aux abois après les nouvelles restrictions

Les nouvelles restrictions de trois semaines imposées par le gouvernement mettent à terre les restaurateurs. Ils ont fait des propositions au chef du gouvernement afin de...

Une célèbre confiserie prend feu à Casablanca (vidéo)

La plus grande confiserie du Maroc, Pastor-Macao, a été ravagée par un énorme incendie, dans l’après-midi du lundi 3 août, au quartier Beauséjour à Casablanca. Aucune perte en...

La confiserie russe débarque sur le marché marocain

L’accès au marché marocain est simplifié pour les confiseries et les produits d’origine végétale made in Russia. Un seul certificat est désormais suffisant

Maroc : le marché du chocolat en plein essor malgré le Covid

La consommation de chocolat a augmenté malgré le Covid. Les tablettes et barres de chocolat sont de plus en plus vendues. C’est ce qu’on peut comprendre des données publiées par...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, l’une des meilleures destinations gastronomiques au monde

Le Maroc fait partie des neuf meilleures destinations gastronomiques au monde, selon le célèbre magazine National Geographic.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Tanger Med Port Authority : nette progression du chiffre d’affaires à fin septembre

À fin septembre dernier, Tanger Med Port Authority (TMPA) affichait un chiffre d’affaires brut de plus de 2,35 milliards de dirhams, en hausse de 11% par rapport à la même période de l’année dernière.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Tournages de films étrangers au Maroc : vers un record cette année

Le secteur cinématographique marocain reprend de plus belle depuis la levée des restrictions sanitaires. Selon le secrétaire général du Centre cinématographique marocain (CCM), Khalid Saidi, les tournages étrangers ont généré un chiffre d’affaires de 2...

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.