Coronavirus : que doit faire le Maroc pour éviter une 3e vague ?

3 avril 2021 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Depuis quelques semaines, la troisième vague de l’épidémie de Covid-19 fait des ravages en France, en Belgique, en Espagne, en Italie… avec des services de réanimation débordés. Au regard de cet inquiétant tableau, le Maroc doit redoubler de vigilance, afin d’anticiper la venue du nouveau variant du Covid-19 et sa propagation sur son territoire, a indiqué dans un entretien avec Al Bayane, Ahmed Rhassane El Adib, professeur en anesthésie-réanimation, à l’université Cadi Ayyad-Marrakech.

Bien qu’étant le premier pays à prendre des mesures strictes dans la lutte contre la propagation de la pandémie à l’instar de la Chine, le Maroc doit continuer dans la même lancée pour ne pas retomber dans la scène catastrophique vécue lors de l’Aid Al Kebir, où le pays a enregistré des milliers de malades et une hausse des décès. Le constat est clair, depuis un certain temps, on constate la réouverture de plusieurs services et le non-respect des mesures mises en place dans plusieurs villes.

Face à cette situation, Ahmed Rhassane El Adib, vient de lancer un SOS afin d’attirer l’attention des uns et des autres sur l’éventualité d’une troisième vague très dangereuse et difficile à traiter. Pour l’expert, les hôpitaux marocains doivent prendre des mesures pour anticiper cette éventuelle vague tout en préparant les réserves d’oxygène et de médicaments pour éviter les failles dans la prise en charge.

Il faudra également élaborer « des plans de riposte écrits des différents secteurs à ouvrir dans le public et le privé pour chaque localité avec des circuits de prise en charge à diffuser à la population. Prévoir le renforcement de la régulation médicale dès maintenant, notamment, via utilisation de centres d’appels régionaux (mais avec circuits clairs et pré établis). Accélérer la vaccination autant que possible et élargir les bénéficiaires (notamment en décrétant une seule dose pour les anciens Covid) », a-t-il souligné.

De l’avis de l’interviewé, outre ces mesures, il est primordial d’augmenter la capacité en tests RT-PCR avec une distribution territoriale en fonction de la situation épidémiologique, distribuer les tests rapides aux médecins privés, autoriser le dépistage dans certains secteurs à haut risque, permettre aux labos privés de faire le test, surveiller les eaux usées et donner l’hydroxychloroquine aux pharmaciens avec un cahier des charges.

L’expert est également revenu sur les ressources humaines soulignant le manque d’infirmiers, de médecins, des médecins réanimateurs anesthésistes et médicaux dans le Royaume. Sans oublier le manque de communication avec les citoyens et le déficit de communication entre les professionnels de la santé pour échanger les expériences et travailler entre eux.

Sujets associés : Santé - Menaces - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : les riches continuent de violer les mesures sanitaires

Les manifestations populaires (fêtes, fiançailles, mariages, obsèques, grandes réunions, congrès…), continuent d’avoir cours dans toutes les grandes villes du Royaume, au grand...

Covid-19 : un nouveau variant «  double mutant  » inquiète

Alors que le vaccin laisse espérer la fin de la crise sanitaire, un nouveau « variant double mutant » du coronavirus a été détecté dans 18 États en Inde.

Coronavirus : ça se complique pour le Maroc

Le Maroc a confirmé, vendredi 13 mars 2020, un nouveau cas de contamination au coronavirus.

Covid-19 au Maroc : flambée des cas de contamination en 15 jours

En deux semaines, le Maroc a enregistré une hausse très importante du nombre de cas positifs au Covid-19. L’annonce a été faite ce mardi par le ministère de la Santé dans son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Première apparition publique du roi Mohammed VI guéri du Covid-19

Le roi Mohammed VI est guéri du Covid-19. Il a fait sa première apparition publique dimanche 10 juillet, jour de célébration de l’Aïd-Al Adha.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Le Roi Mohammed VI annule toutes les festivités de la fête du Trône

Toutes les activités, festivités et cérémonies prévues à l’occasion du 23ᵉ Anniversaire de l’accession du Roi Mohammed VI viennent d’être reportées, selon un communiqué du Palais Royal.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Les employés marocains de TikTok en colère

Les modérateurs de contenu marocains ne sont pas contents de TikTok. Ils dénoncent la détresse psychologique et les bas salaires.

Au Maroc, les agences de voyage retrouvent le sourire

Après deux ans de perturbations en raison de la crise de Covid-19, les agences de voyages marocaines retrouvent le sourire, tant les réservations de voyages explosent.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...