Dents cassées : un Marocain violemment agressé par un policier à Paris

26 juillet 2022 - 22h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Un jeune Marocain accuse un policier de l’avoir violemment agressé « sans aucune raison » à Paris. Il a porté plainte contre son agresseur présumé et réclame justice.

Un fait d’une rare violence à Paris. Lors d’une intervention des forces de l’ordre le soir du 13 juillet où des mortiers d’artifice sont tirés dans un quartier d’Aubervilliers, Sofiane, un jeune homme de 24 ans qui portait une minerve et dont le bras était en écharpe, à la suite d’un accident de la route dont il a été victime quelques semaines plus tôt au Maroc, s’est fait violemment agressé par un policier, rapporte Mediapart. Il venait de descendre pour fumer une cigarette en compagnie de plusieurs amis. Ces derniers ont eux, aussi, subi la colère des fonctionnaires de police.

À lire : Des policiers d’Agen poursuivis pour avoir violenté un Marocain

« Même pas 30 secondes après ils nous ont chargé, sans aucune raison. Ils sont venus, ils nous ont foncé dessus, ils ont commencé à taper mes collègues. À un moment j’essaie de me lever, il me met un coup de matraque dans la bouche, il ne veut rien savoir. Je ne sens plus mes dents, il me tape au bras droit, au bras gauche », raconte Sofiane à BFMTV.

À lire : Violences policières sur Mounaim : la justice classe l’affaire

Après cette violente agression, ce jeune marocain a été admis aux urgences. Cette agression lui a causé d’énormes dommages : une fracture de la mâchoire et d’une lèvre ouverte et des dents cassées. Le 23 juillet dernier, il a été ausculté et une ITT de sept jours lui a été délivrée. « Je ne comprends pas comment un policier peut taper quelqu’un qui a un bras en écharpe et une minerve, qui en plus n’oppose aucune résistance. En plus après m’avoir bien tapé ils ne m’ont pas embarqué, c’est une injustice en fait. Il faut qu’il y ait justice. Les policiers n’ont pas tous les droits », reprend Sofiane.

À lire :Paris : passée de témoin à victime, elle porte plainte pour violence policière (vidéo)

La victime a porté plainte contre le policier concerné. L’IGPN a été saisie de l’affaire et a ouvert une enquête judiciaire. En parallèle, la Préfecture de police de Paris a lancé une investigation administrative. « Mon client a un profil irréprochable, son casier judiciaire est vierge et il est inconnu des services de police », précise Avi Bitton, l’avocat de Sofiane. « Les témoins des faits, dont certains ont été entendus par l’IGPN, attestent que Sofiane n’a eu aucun mot ni aucun geste de provocation envers le policier », ajoute-t-il. Il s’étonne par ailleurs de « la lenteur avec laquelle l’IGPN voulait faire examiner Sofiane ».

Sujets associés : Paris - Droits et Justice - Violences et agressions - Plainte

Aller plus loin

Paris : passée de témoin à victime, elle porte plainte pour violence policière (vidéo)

Accusée à tort de violences volontaires contre un agent de la BAC, puis relaxée par le tribunal de Paris, Leïla N. revient à la charge. Elle a déposé plainte auprès de l’IGPN.

Une femme victime de violences policières : "Sans la vidéo, j’aurais été condamnée… "

Alors qu’une femme de 43 ans portait secours à la victime d’une agression dans le XVIIe arrondissement de Paris, elle s’était retrouvée en garde à vue accusée à tort de...

Caen : prison ferme pour un SDF marocain jugé pour violences envers des policiers

Absent au tribunal judiciaire de Caen, un SDF marocain en situation irrégulière a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir insulté et frappé deux policiers en juillet...

Des policiers d’Agen poursuivis pour avoir violenté un Marocain

Le procès des trois policiers d’Agen soupçonnés d’avoir violenté un jeune Marocain lors de son interpellation et de son placement en garde à vue s’est ouvert jeudi 20 mai devant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.