Retours forcés des mineurs : le cas du jeune Achraf devant la justice

29 mai 2021 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : J.K

Le procureur de Sebta a ouvert une enquête sur le cas du jeune Achraf renvoyé au Maroc après avoir rejoint l’Espagne à la nage. Il a demandé la vidéo non éditée de Reuters qui retrace la scène de l’accueil puis du retour de l’adolescent et dans laquelle il tente d’échapper aux militaires.

C’est suite à la plainte déposée par l’ONG « Coordinadore de Barrios » que le procureur a ouvert cette procédure qui vise à savoir si les autorités de l’enclave espagnole ont opéré des expulsions express de mineurs marocains ayant réussi à franchir la frontière à la nage, informe El Faro de Ceuta. Cette enquête concerne particulièrement le cas d’Achraf, 16 ans, ayant déclaré dans un reportage du journal El Pais, avoir été renvoyé au Maroc, au moins deux fois la semaine dernière. Sur une vidéo capturée par le journaliste Jon Nazca pour Reuters, on voit l’adolescent muni d’un flotteur à bouteilles en plastique, en plein effort pour regagner le rivage de la plage d’El Tarajal, lançant aux gardes déployés : « Vous devez nous comprendre ; je ne veux pas rentrer ! ».

Vaine complainte, puisque la vidéo le montre, lui et un autre mineur, ensuite raccompagnés par les soldats jusqu’à la barrière marocaine, où ils sont remis aux forces frontalières du royaume. Il s’agit là d’une violation des droits de l’enfant, dénonce l’ONG, soulignant que ce « rejet à la frontière » a été effectué sans considération de l’éventuelle situation de vulnérabilité du mineur. Le commandement général de Sebta est également instruit pour identifier les soldats qui apparaissent sur la vidéo, ainsi que les différentes instructions reçues par ces derniers le mercredi 19 mai.

À en croire la déclaration d’Achraf à El Pais, une première fois, mardi matin, il a été directement rejeté à la barrière. Plus tard, la nuit, il a réussi à regagner à la nage l’Espagne pour se voir expulser le jour d’après, à chaud, en violation des conventions internationales sur la protection de l’enfance et de la loi sur l’immigration en Espagne qui n’autorise les « retours à chaud » que pour les personnes de plus de 18 ans.

Des faits qui contredisent les propos du ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, rejetant toute atteinte aux droits des enfants et balayant toute accusation de recours à des expulsions des mineurs à chaud. Pour les cas constatés, les autorités espagnoles auraient plutôt empêché les migrants n’ayant pas encore atteint la ville, de passer la frontière, a allégué Fernando Grande-Marlaska.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant

Aller plus loin

Pedro Sanchez accueilli sous les huées et insultes à Sebta

En visite ce mardi, pour la première fois à Sebta, le président du gouvernement d’Espagne, Pedro Sanchez a essuyé dès son arrivée, de nombreuses huées et insultes de la part des...

Crise migratoire : 920 mineurs marocains pris en charge à Ceuta

Parmi les milliers de migrants marocains arrivés en masse à Ceuta en début de semaine dernière, la police nationale a dénombré 920 mineurs qui ont été répartis dans trois...

Des mineurs marocains dans une situation déplorable à Ceuta

Des mineurs marocains qui se trouvent toujours dans l’enclave espagnole de Ceuta subissent des traitements inhumains. Ils sont victimes de racisme et d’agressions en tout genre.

Des Marocains jetés à la mer par des militaires espagnols (vidéo)

Battus et jetés à l’eau, plusieurs migrants arrivés à Sebta ces derniers jours, ont eu droit à un traitement « inhumain ». Une vidéo, publiée le 18 mai sur les réseaux sociaux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...