L’Espagne inflige des amendes « injustes » à des camionneurs marocains

25 novembre 2021 - 20h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les routiers marocains, très affectés par la mesure de restrictions de visas imposée par la France, appellent les autorités marocaines au secours.

Les professionnels du Transport international routier (TIR) n’en peuvent plus de la mesure de restrictions de visas imposée par la France. La situation est de plus en plus intenable pour eux. « Bientôt 70 % des véhicules du TIR seront à l’arrêt, surtout les transporteurs de véhicules frigorifiques », prévient Saïd Chérif, président de l’Association marocaine du transport national, international et de logistique (AMTNIL), ajoutant que « certaines entreprises se retrouvent obligées de vendre leurs camions afin de pouvoir faire face à leurs charges de fonctionnement ».

À lire : La France refuse d’accorder des visas à des transporteurs marocains

Mais la restriction des visas n’est pas le seul problème que rencontrent les routiers marocains. Les autorités des ports espagnols viennent de limiter la contenance des camions marocains accédant sur leur sol à 200 litres de carburant. « Tout camionneur qui entre par exemple sur le port d’Algésiras avec plus de 200 litres se voit automatiquement infliger une amende de 472 euros. Certains d’entre nous ont même payé 800 euros d’amende la semaine dernière », indique Saïd Chérif.

Pour protester contre ces différentes mesures, les routiers marocains avaient menacé d’entamer une grève de 72 heures dès le 21 novembre. Mais ils y ont renoncé provisoirement, après la promesse faite par l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX) et la Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d’exportation des fruits et légumes (FIFEL) de plaider leur cause auprès des autorités compétentes.

À lire : Visas français : les transporteurs marocains en colère

« Pour nous, démonter le TIR, c’est démonter l’export marocain, surtout que nous sommes en pleine saison d’exportation des agrumes. Nous avons attiré l’attention de l’ambassadeur de France au Maroc sur la question. Nous engageons également des discussions avec les ministères concernés, afin de débloquer cette situation », explique Hassan Sentissi, le président de l’ASMEX. Pour lui, un retour à la normale est urgent ; à défaut, le Maroc devrait appliquer la réciprocité.

Dans tous les cas, les routiers marocains maintiennent leur menace de grève et entendent la mettre à exécution en cas d’échec de la médiation menée par l’ASMEX et la FIFEL. Après les sit-in organisés le 28 octobre dernier devant les consulats généraux de France et d’Espagne à Agadir, ils prévoient d’aller en grève de 3 jours dès le 21 décembre.

Sujets associés : France - Espagne - Exportations - Visa - Transports

Aller plus loin

Maroc-Espagne : les attentes des transporteurs marocains

Après la réconciliation entre le Maroc et l’Espagne, les transporteurs marocains s’attendent à ce que les autorités des deux pays trouvent des solutions aux problèmes auxquels...

La France va réduire le nombre de visas attribués au Maroc

Face à la réticence de certains pays, dont le Maroc, à accueillir leurs ressortissants clandestins ou radicalisés dans l’hexagone, les autorités françaises se préparent à...

L’Espagne va embaucher des camionneurs marocains

Afin de combler le déficit de main-d’œuvre locale, l’Espagne veut recruter des camionneurs marocains. Une manière pour elle de canaliser par ailleurs la migration vers le...

Visas français : une procédure accélérée pour les routiers marocains

Le président de la CGEM, Chakib Alj, a échangé lundi à Casablanca avec le ministre français du Commerce extérieur, Franck Riester, en visite de travail de deux jours au Maroc....

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une subvention pour renouveler les camions

Dans le cadre de la relance du programme de renouvellement du parc du transport routier, le gouvernement a annoncé le déblocage d’un budget de 500 millions de dirhams pour la période 2022-2023.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...

Maroc : bond spectaculaire des exportations automobiles

Au Maroc, les exportations du secteur automobile ont atteint plus de 141,76 milliards de dirhams à fin décembre 2023, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à l’année précédente.

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.